Libres Propos
Frappez, entrez et soyez bienvenu !



Bienvenu Invité, sur le forum Libres Propos
AccueilPortailGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 De Gaulle : le sens de l'histoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 12 ... 18  Suivant
AuteurMessage
OmbreBlanche

avatar

Masculin Nombre de messages : 11154
Age : 43
Localisation : Nord Franche-Comté (25)
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: De Gaulle : le sens de l'histoire   13/11/2009, 07:30

Rappel du premier message :

Citation :


« Puisque tout recommence toujours, ce que j'ai fait sera tôt ou tard une source d'ardeurs nouvelles après que j'aurai disparu. »

Cette évocation du Général de Gaulle exprime avec une émotion particulière le fondement même de sa pensée qui nous donne à réfléchir et à comprendre sur le fonctionnement des sociétés. L'histoire est toujours à recommencer et ne peut se séparer des épreuves et des grands défis auxquels est confrontée la nation.



C'est la volonté de surmonter les difficultés qui influe sur le cours des choses. L'action du Général de Gaulle nous montre combien notre pays s'est enrichi à travers ses décisions, ce qu'il a accompli dans l'histoire et l'exemple qu'il laisse aux générations qui vont suivre afin de perpétuer une histoire jamais finie.

La place du Général de Gaulle dans l’histoire.

C’est d’abord la place d’un homme et d’un projet qui ont profondément marqué notre temps. Non seulement le Général de Gaulle a sauvegardé la France et son indépendance dans la Résistance en 1940, mais il a préservé l’existence de l’État français en tant qu’État indépendant dans la constitution de l’Europe. Il s’inscrit dans la lignée des hommes d’État qui ont insisté sur l’importance du rôle de l’État et de son intervention dans la vie française, souvenons-nous du rétablissement rapide de l’État républicain en 1944, sa restauration en 1958.

Son ardente volonté de renforcer les institutions en revalorisant notamment le pouvoir du chef démocratiquement élu, fera de lui un des restaurateurs de l’État. Mais la pièce maîtresse qui tiendra une place considérable pour le fondateur de la cinquième république, c’est la politique étrangère de la France où il se placera dans la lignée des grands réalistes privilégiant le sentiment national, l’intérêt national. Il y a bien eu une « politique étrangère gaullienne » par la volonté d’un homme, sa principale préoccupation des intérêts de la France et sa vision du monde donnant à la France une diplomatie à l’échelle de la planète parmi les grandes puissances, l’Europe et le Tiers Monde. Enfin, l’apport le plus émouvant du Général de Gaulle dans l’histoire, est sans aucun doute son rôle de combattant, de restaurateur et de défenseur de la liberté. Il conduira une politique contraire à la résignation et veillera à l’équilibre entre l’ambition qu’il faut avoir et la réalité que l’on ne peut ignorer.

Tout au long de sa vie, le Général de Gaulle, attaché à l’idée d’une continuité de l’histoire française, a voulu à travers son humanisme partagé entre méditation sur l’histoire et foi en l’homme, mettre en lumière un destin permanent de la France.

http://www.gaullisme.fr/?p=3288
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ump25.probb.fr/forum.htm

AuteurMessage
OmbreBlanche



Nombre de messages : 11154
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: Re: De Gaulle : le sens de l'histoire   18/6/2010, 11:37



Appel du 18 juin: que reste-t-il aujourd'hui du gaullisme?

http://www.20minutes.fr/article/579311/Politique-Appel-du-18-juin-que-reste-t-il-aujourd-hui-du-gaullisme.php

HISTOIRE - Pour certains, il s’agit d'une figure permanente, pour d'autres, une statue poussiéreuse...

«Tout le monde a été, est ou sera gaulliste un jour.» Le général de Gaulle a souvent vu juste, mais 70 ans après l’appel du 18 juin, sa prophétie commence à avoir du plomb dans l’aile. Si l’esprit du gaullisme a encore des adeptes dans la classe politique actuelle, le temps passe et les Français ne sont plus vraiment sur cette longueur d’ondes. En effet, 45% d’entre eux jugent que le gaullisme «ne veut plus dire grand-chose» et 28% qu'il est «dépassé», soit un total de 73% de sceptiques, d’après un sondage paru dimanche dernier dans le Journal du Dimanche.

Pourtant, la guerre est loin mais le recours à quelques principes du gaullisme d’Etat ne peut que perdurer. Ce gaullisme qui est «une vision globale du politique dont les composantes majeures sont la grandeur de la France, l'unité de la nation, la primauté de l'Etat, la souveraineté du peuple exprimé par le suffrage de tous les citoyens, un préjugé favorable pour la modernité, la nécessité du changement, et l'impératif de réforme», écrit René Rémond dans «Les droites aujourd’hui» (Audibert, 2005).

«Personne n’est fidèle à tout l’héritage»

Alors qui pour prendre la relève aujourd’hui? «Personne n’est fidèle à tout l’héritage», estime l'historien François Audigier, «mais certains en sont plus proches que d’autres». Dominique de Villepin et son nouveau parti présenté samedi? Michèle Alliot-Marie et ses gaullistes du renouveau? Nicolas Sarkozy qui «multiplie les actes médiatiques indiquant la filiation»?

Tous s’en réclament et professent «des idées très gaullistes», reconnaît l’historien. En tant que chef d’Etat, Nicolas Sarkozy exerce le pouvoir avec une autorité tout à fait gaullienne, mais son côté «clinquant tranche avec l’austérité conservatrice et le haut niveau de morale publique qui habitait de Gaulle». L’historien reconnaît plutôt en Nicolas Dupont-Aignan la réincarnation la plus fidèle, mais ce n’est pas «électoralement très payant». Et le sociologue Jean-Pierre Le Goff, joint par 20minutes.fr, de conclure: «Aujourd’hui, le problème des élites est la capacité à projeter le pays dans l’avenir. De Gaulle l’avait, pas les politiques actuels».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ump25.probb.fr/forum.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: De Gaulle : le sens de l'histoire   18/6/2010, 12:26

Lawrence a écrit:
Tsur,

Décidémment il semblerait que tu n'apprécies ni retiennes que les points de détail comme certains !!!!!
Petit esprit, même pas critique.......
Enfin, il faut de tout pour faire un monde.....




Quand tu arreterasde prendre les citoyens du monde pour des idiots avises moi.
Points de details tu dis...assez importants pour que d'autres ont essayé de les cacher.
Comme tu t'en doutes , je m'en balance, allez...!! bien le salut aux cuisses de grenouilles.
Revenir en haut Aller en bas
OmbreBlanche

avatar

Masculin Nombre de messages : 11154
Age : 43
Localisation : Nord Franche-Comté (25)
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: Re: De Gaulle : le sens de l'histoire   18/6/2010, 13:35







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ump25.probb.fr/forum.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: De Gaulle : le sens de l'histoire   18/6/2010, 16:07

EXTRAORDINAIRE CÉRÉMONIE COMMÉMORATIVE À LONDRES À LA MÉMOIRE DU GÉNÉRAL DE GAULLE...

MERCI MONSIEUR LE PRÉSIDENT SARKOZY

cheers
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: De Gaulle : le sens de l'histoire   19/6/2010, 05:43

Lawrence a écrit:
EXTRAORDINAIRE CÉRÉMONIE COMMÉMORATIVE À LONDRES À LA MÉMOIRE DU GÉNÉRAL DE GAULLE...

MERCI MONSIEUR LE PRÉSIDENT SARKOZY

cheers

Sarkozy y va parler aussi a la BBC..??
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: De Gaulle : le sens de l'histoire   19/6/2010, 10:30

Peut être quand la France sera devenue arabo - islamique ?

Soit le 18 juin 2040 pour le centenaire !!!





confused
Revenir en haut Aller en bas
OmbreBlanche

avatar

Masculin Nombre de messages : 11154
Age : 43
Localisation : Nord Franche-Comté (25)
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: Re: De Gaulle : le sens de l'histoire   19/6/2010, 11:21



Paris libéré, la guerre n'est pas finie pour autant. Alors que les combats continuent sur le territoire national, de Gaulle œuvre à rétablir la République. Il lui faut réconcilier un peuple divisé, maîtriser les revendications communistes, s'imposer à part entière dans le concert des nations victorieuses. Dans l'empire, depuis l'Afrique jusqu'en Indochine, le prestige de la France a bien souffert: sur tous les fronts, le général s'emploie activement à ramener l'ordre, l'unité, l'honneur.

Toute sa subtilité politique et son sens de la diplomatie n'y suffiront pas toujours mais, sur son champ de ruines, la France se redresse. C'est un homme âgé, fatigué qui, au lendemain d'une grande victoire, se voit écarté du pouvoir par plus intrigants que lui. Depuis Colombey-les-deux-Eglises, il observe, espère, attend. Il reviendra.

Un livre monumental

"Car l'épée est l'axe du monde et la grandeur ne se divise pas". Cette phrase, qui conclut "Le Fil de l'épée", exprime ce qu'est la vision gaullienne de la France et ce pour quoi ce Géant de l'Histoire est rentré tout armé pour remettre la Patrie au devant de la scène et sortir le pays du gouffre où il s'abîmait irrémédiablement.

Ce livre est exceptionnel parce la période, aussi noire soit-elle, l'était, les acteurs-du chef d'État au simple soldat l'étaient-qu'ils soient irrémédiablement condamnables comme les Nazis ou admirables comme les Britanniques en août 1940 et parce que cet homme l'était.

Ce livre constitue aussi une grande œuvre littéraire car l'écriture et le style gaulliens s'appuient sur un style apuré, ciselé, scandé de façon ternaire. Cet homme connaissait ses classiques.

L'histoire de la France Libre, confondue avec l'Histoire de France, se déploie majestueusement, tragiquement et héroïquement. Malgré ses vicissitudes, ce pays a su, peut-être malgré lui mais grâce à De Gaulle rester grand. Ceci ne peut pas et ne doit pas être oublié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ump25.probb.fr/forum.htm
JACKLELOUP

avatar

Masculin Nombre de messages : 9859
Age : 77
Localisation : Bruxelles .
Date d'inscription : 02/11/2008

MessageSujet: Re: De Gaulle : le sens de l'histoire   19/6/2010, 12:50

Le seul avantage pour De Gaulle est que sa grandeur lui permettait de chiper les confitures sur l'armoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Biloulou

avatar

Masculin Nombre de messages : 54566
Localisation : Jardins suspendus sur la Woluwe - Belgique
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: De Gaulle : le sens de l'histoire   19/6/2010, 14:08

JACKLELOUP a écrit:
Le seul avantage pour De Gaulle est que sa grandeur lui permettait de chiper les confitures sur l'armoire.
...ce dont il ne s'est pas privé !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ungern

avatar

Masculin Nombre de messages : 17713
Date d'inscription : 18/05/2009

MessageSujet: Re: De Gaulle : le sens de l'histoire   19/6/2010, 14:27

JACKLELOUP a écrit:
Le seul avantage pour De Gaulle est que sa grandeur lui permettait de chiper les confitures sur l'armoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hadrianwall.site.voila.fr
Biloulou

avatar

Masculin Nombre de messages : 54566
Localisation : Jardins suspendus sur la Woluwe - Belgique
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: De Gaulle : le sens de l'histoire   20/11/2010, 22:41

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ungern

avatar

Masculin Nombre de messages : 17713
Date d'inscription : 18/05/2009

MessageSujet: Re: De Gaulle : le sens de l'histoire   20/11/2010, 22:49

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hadrianwall.site.voila.fr
Biloulou

avatar

Masculin Nombre de messages : 54566
Localisation : Jardins suspendus sur la Woluwe - Belgique
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: De Gaulle : le sens de l'histoire   20/11/2010, 22:51

Quelqu'un a vu Ungern ? What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EddieCochran

avatar

Masculin Nombre de messages : 12705
Age : 57
Localisation : Countat da Nissa
Date d'inscription : 03/11/2008

MessageSujet: Re: De Gaulle : le sens de l'histoire   21/11/2010, 01:00

137 -

Comme il est visible que tout le monde l'aime bien, si vous disposez de temps, goûtez ce film d'actualité propagande de l'après guerre (lien INA)

http://www.ina.fr/histoire-et-conflits/seconde-guerre-mondiale/video/AFE04002049/bilan-d-un-an.fr.html

Je n'ai pas entendu évoquer les nains et les rétro- virus commissions.

_________________
Rockabilly Yours.
EddieCochran.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Biloulou

avatar

Masculin Nombre de messages : 54566
Localisation : Jardins suspendus sur la Woluwe - Belgique
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: De Gaulle : le sens de l'histoire   21/11/2010, 11:41

EddieCochran a écrit:
Je n'ai pas entendu évoquer les nains et les rétro- virus commissions.
Bonjour Eddie ! sunny

Non, en effet... peut-être qu'à l'époque les gens ne s'abaissent pas à user et à inventer de tels moyens de propagande qui rabaissent plus celui qui les utilise que celui qui est visé ?
Cela étant, ce documentaire est une perle, aussi émouvant sur le réveil d'une nation que sur le style de la propagande communication de cette époque...

Merci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OmbreBlanche

avatar

Masculin Nombre de messages : 11154
Age : 43
Localisation : Nord Franche-Comté (25)
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: Re: De Gaulle : le sens de l'histoire   30/11/2010, 14:57

Mes Devoirs, Mon Général ...












Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ump25.probb.fr/forum.htm
Lawrence

avatar

Masculin Nombre de messages : 11667
Age : 72
Localisation : Marbella
Date d'inscription : 20/09/2010

MessageSujet: Re: De Gaulle : le sens de l'histoire   30/11/2010, 15:41

CE 09 NOVEMBRE 2010.....

BIZARRE, ILS SONT TOUS REDEVENUS "GAULLISTE" !!!






confused confused confused
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.marbellafirst.net
Lawrence

avatar

Masculin Nombre de messages : 11667
Age : 72
Localisation : Marbella
Date d'inscription : 20/09/2010

MessageSujet: Re: De Gaulle : le sens de l'histoire   30/11/2010, 15:42

ET OUI.... Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.marbellafirst.net
Lawrence

avatar

Masculin Nombre de messages : 11667
Age : 72
Localisation : Marbella
Date d'inscription : 20/09/2010

MessageSujet: Re: De Gaulle : le sens de l'histoire   10/9/2011, 02:03

De GAULLE, condamné à mort par Vichy

Retour sur des événements peu connus
Présentation : Christian FERRIER

Les deux condamnations de Charles de Gaulle en juillet et août 1940 sont des événements dont on parle
assez peu. Le Général, lui-même, dans ses Mémoires de guerre expédie le sujet en une dizaine de lignes, sans
doute pour bien marquer le peu d’importance qu’il y accordait.
Cependant, il m’a semblé intéressant de revenir sur ce pénible épisode de la guerre, particulièrement à
l’intention de tous nos nouveaux membres qui n’ont pas encore l’érudition des Anciens.

Charles de Gaulle, le rebelle
Quand, à la suite de la démission du gouvernement auquel il appartient, Charles de Gaulle s’envole pour
Londres, le 17 juin 40, pour y poursuivre la lutte, il n’ignore pas qu’il va être considéré comme un rebelle, un
déserteur par ceux qui viennent de capituler et qu’il s’expose à des sanctions.
« … Je sentais en moi-même se terminer une vie, celle que j’avais menée dans le cadre d’une France
solide et d’une indivisible armée. A quarante-neuf ans, j’entrais dans l’aventure, comme un homme que le
destin jetait hors de toutes les séries »

Sous l’autorité du gouvernement de Vichy, les tribunaux militaires permanents (TMP) ont condamné à mort un
certain nombre de civils et de militaires de tous grades. Ceux qui avaient rallié la France libre le furent par
contumace.
Le chef des Français libres n’y a pas échappé ! Et bien que le gouvernement du maréchal Pétain eût hâte de
sanctionner sa rébellion, la condamnation à mort ne fut pas immédiate. Elle date seulement du 2 août 1940.
Dès le 19 juin, le lendemain de son célèbre Appel à la radio de Londres, de Gaulle reçoit, du général
Weygand, nouveau ministre de la Guerre, l’ordre de regagner la France.
Sommé de rejoindre une armée française appelée à déposer les armes, celui qui a refusé la défaite et qui
vient d’inviter les Français à la résistance « quoi qu’il arrive », répond le 20 juin au général Weygand en
indiquant qu’il reste résolu à combattre tout en suggérant à ce dernier de gagner la France d’Outre-mer et de
poursuivre la guerre. Dans ce cas, lui, de Gaulle, serait prêt à servir sous son autorité ou celle de toute autre
personnalité française décidée à résister ». Cette lettre que Weygand prétendra toujours n’avoir pas reçue, fut
retournée au Général, avec un papillon ainsi libellé : « Le général Weygand refuse cette lettre
« personnelle » ; si le colonel en retraite de Gaulle croit devoir s’adresser à lui, il le fera sous forme
officielle ».

Dès le 22 juin, sa nomination de général de brigade à titre temporaire est annulée. Le 23, le président de la
République, Albert Lebrun, dans un de ses derniers actes officiels, met l’officier que l’Histoire appelle à la plus
étonnante entreprise, « à la retraite d’office » par mesure disciplinaire. Le 28 juin, il reçoit, par l’intermédiaire de
l’ambassade de France à Londres, une note lui enjoignant de « se constituer en état d’arrestation à la maison
d’arrêt Saint-Michel à Toulouse avant l’expiration d’un délai de cinq jours » afin d’y être jugé par un tribunal
militaire ! De Gaulle fera répondre par la même voie : « Cette communication ne présente aucun intérêt à mes
yeux ».

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.marbellafirst.net
Lawrence

avatar

Masculin Nombre de messages : 11667
Age : 72
Localisation : Marbella
Date d'inscription : 20/09/2010

MessageSujet: Re: De Gaulle : le sens de l'histoire   10/9/2011, 02:14

suite.....



Premier procès

La procédure aboutira tout de même le 4 juillet. Sept généraux sont invités à siéger pour juger le premier
résistant de France ! La convocation précise même, dans la grande tradition des « conseils de guerre » : tenue
de campagne et casque ! Prétention dérisoire et même grotesque dans la situation de l’époque !
De Gaulle est inculpé de « refus d’obéissance » et de « provocation de militaires à la désobéissance » en raison de ses appels radiodiffusés.

Le tribunal militaire de la XVIIe Région de Toulouse condamne le rebelle à quatre ans d’emprisonnement (le
temps qu’il aura fallu au « contumax » pour libérer la Patrie !) et à 100 francs d’amende. Le jugement de
condamnation, s’il reste laconique, ne manque pas d’être élogieux sur ses états de service. On peut croire que
les officiers généraux ont eu beaucoup de mal à condamner « le rebelle » que, sans doute, ils admirent
secrètement et une entreprise que leur coeur de soldat ne peut spontanément réprouver. Mais, sans doute,
pensent-ils que le condamné risque peu de subir un jour sa peine. Soit il aura disparu durant la guerre, soit il
rentrera en France en vainqueur.
Comme on pouvait s’y attendre, les autorités de Vichy considèrent que les juges ont fait preuve « d’une
coupable indulgence » et ne vont pas s’en tenir là, d’autant que, seule une condamnation à mort pourra satisfaire
Hitler.


Second procès

Le commissaire du gouvernement se pourvoit aussitôt en cassation, mais le pourvoi est rejeté. De nouveaux
chefs d’accusation sont donc trouvés pour permettre de condamner de Gaulle à la peine capitale. Cette fois, c’est
le tribunal militaire de Clermont-Ferrand (XIIIe région, placée sous le commandement du général de Lattre de
Tassigny !) qui est chargé de juger et de condamner l’exilé – entretemps déchu de la nationalité française.
Etrange coïncidence, ce tribunal est présidé par le général Frère, celui-là même qui commandait la VIIe armée
en mai 40 et qui avait cité Charles de Gaulle le 30 mai, à l’ordre de l’armée, avec attribution de la croix de guerre
avec palme. Il est évident que le général Frère voue à son ancien subordonné une grande estime.
Rallié à la
Résistance, fondateur en 1943 de l’ORA (Organisation de Résistance de l’Armée), arrêté en juin de la même
année, il est déporté au Struthof où il mourra l’année suivante après avoir chargé un de ses compagnons de
captivité de révéler au général de Gaulle qu’il avait été l’un des deux juges à s’être opposé à la condamnation.
Des sept généraux chargés de juger de Gaulle sur le nouveau dossier, outre le général Frère, un autre a très
bien connu et apprécié l’inculpé, il s’agit du général de La Porte du Theil qui commandait la division à laquelle
était rattaché le 507e régiment du colonel de Gaulle à Metz et qui avait noté à son sujet à la veille de la guerre :
« doit être porté au premier plan » … L’y voici ! Pour le meilleur et pour le pire !
Le 2 août 1940, le jugement le reconnaît coupable d’avoir « entretenu des intelligences avec une
puissance étrangère, en l’espèce l’Angleterre », « provoqué des militaires et des marins à passer au
service d’une puissance étrangère »,
« exposé des Français à subir des représailles, notamment en
prononçant des allocutions radiodiffusées de nature à persuader les ennemis que les clauses de
l’armistice n’étaient pas ou ne seraient pas observées », déserté à l’étranger en temps de guerre sur un
territoire en état de guerre et de siège ».
Avec le recul du temps, on a beaucoup de mal à imaginer des événements aussi surréalistes !
En revanche, les juges de Clermont-Ferrand se refusent à retenir contre de Gaulle l’imputation de « trahison ».
Une majorité de 5 voix sur 7 s’est donc trouvée pour confondre « la France » avec ce régime de servitude institué
sous la pression de l’ennemi, et « le service d’une puissance étrangère » avec le service, national sous le
drapeau à croix de Lorraine, entièrement consacré à délivrer la Patrie de ses chaînes.
La réponse affirmative aux cinq autres questions suffit pour justifier la sentence : Charles de Gaulle est
condamné à la peine capitale, à la confiscation de tous ses biens et à la dégradation militaire.

C’est ainsi qu’au Journal officiel, il est fait mention de : M. de Gaulle. Jugement par contumace que le
maréchal Pétain ratifiera, non sans indiquer qu’il veillera à ce que la peine de mort ne soit pas exécutoire. Il ne
faudrait toutefois pas croire que le régime de Vichy considérait la condamnation comme de pure forme. En
dehors du vieux maréchal, d’autres (Laval, Darlan, par exemple) n’auraient pas hésité à faire fusiller de Gaulle si
l’occasion leur en avait été donnée. Tout porte à croire que la sentence de mort aurait été exécutée s’il était
rentré en France autrement qu’en Libérateur !


L’exilé fit savoir qu’il tenait le jugement pour « nul et non avenu » et qu’il s’en expliquerait « après la guerre
avec les gens de Vichy ».

Cependant, dans la quasi-solitude de Londres, on peut imaginer la tristesse de cet homme blessé par tant
d’infamies.
Puisque dans l’immédiat, les autorités ne pouvaient rien sur sa vie, ils prirent toutes les mesures pour que tous
les biens du condamné fussent effectivement saisis. La propriété de la Boisserie à Colombey fut naturellement
confisquée et mise comme telle à la disposition de l’occupant.
Heureusement, la propriété ne fut jamais vendue faute d’acquéreur, tandis que la plupart des meubles de
famille furent mis en lieu sûr par des voisins ou des sympathisants.
Annulation des deux jugements
Après la Libération, la Cour d’appel de Riom va évidemment annuler les effets de toutes ces dispositions, en
même temps que le jugement même du tribunal militaire de la XIIIe Région. La Cour d’appel de Toulouse rendra
un arrêt analogue, annulant le jugement du tribunal militaire de la XVIIe Région …

De Gaulle, général ou colonel ?

C’est la question que certains antigaullistes (il y en a encore malheureusement !) n’hésitent pas à soulever soit
par ignorance ou plus sûrement par malveillance. Il faut vraiment être de mauvaise foi de nos jours pour douter
une seconde que Charles de Gaulle n’a jamais cessé d’être le « général de Gaulle » ! Il suffit de se rappeler la
réponse faite à Georges Bidault, président du Conseil National de la Résistance (CNR), le 25 août 1945 à l’hôtel
de Ville de Paris qui le pressait de « proclamer la République ». De Gaulle avait répondu sèchement que la
République n’avait jamais cessé d’exister et que Vichy était « nul et non avenu ». Une expression, du reste,
familière au Général.

Philippe Pétain, condamné à mort !

Celui qui avait voulu que son ancien protégé fasse l’objet d’une condamnation exemplaire va, à son tour, subir
les lois de la justice. Contrairement au souhait du président du gouvernement provisoire, Philippe Pétain, qui est
alors réfugié en Suisse, demande à rentrer en France pour y être jugé. Son procès commence le 23 juillet 1945, à
Paris, devant la Haute Cour de justice.
Le 15 août, le verdict tombe : il est reconnu coupable d’intelligence avec l’ennemi et de haute trahison. Il est
condamné à la peine de mort, à l’indignité nationale et à la confiscation de ses biens. Il est radié de l’Académie
française. Le vieux maréchal a 89 ans !
Mais la sentence ne sera jamais exécutée, le général de Gaulle a aussitôt commué la sentence de mort en
réclusion à perpétuité
et lui a laissé sa dignité de maréchal de France.
Pétain meurt à l’île d’Yeu où il est interné, six ans plus tard, le 24 juillet 1951.




De Gaulle démissionne

Après le règlement de sa situation judiciaire, se pose, après sa démission, le problème de sa situation
administrative.
Le 20 janvier 1946, de Gaulle, en désaccord avec les partis politiques qui recommencent leurs jeux stériles
comme si rien ne s’était passé, quitte le pouvoir, de son plein gré, en refusant toute retraite.

Aux yeux du nouveau gouvernement qui succède à celui de Charles de Gaulle, la situation administrative du
« Libérateur de la Patrie » est particulièrement singulière. Quelle place doit-on lui attribuer dans l’Armée. Le
président du Conseil, Félix Gouin, la souhaite naturellement la plus élevée. Peut-être maréchal de France ?
Comment le traiter matériellement ? Que souhaite le Général ? C’est bien mal connaître l’intéressé. Et c’est le
brave Edmond Michelet, le ministre des armées et … « son ministre de tutelle ! », lui, le résistant, rescapé du
camp de Dachau, le plus aimant et le plus fidèle parmi les fidèles, qui est chargé de cette difficile et périlleuse
mission.
Le 8 avril 1946, le ministre, d’une plume bégayante et maladroite, se rendant bien compte de l’incongruité de
la démarche, écrit à son ancien chef. Le malheureux s’est aventuré sur un terrain glissant. Il va lui en cuire

Quatre jours plus tard, il reçoit, en treize lignes, une mise au point des plus cinglantes dont l’auteur s’était fort
peu soucié d’épargner ou de ménager un ami fidèle. Mais pour de Gaulle, il s’agissait de sa gloire, donc de celle
de la France. Sur la route des éléphants, il importe aux petits hommes de ne pas trop se hasarder.
Réponse du général de Gaulle
« Mon cher Ministre,
Je réponds à votre lettre du.
Depuis le 18 juin – date du jour où je suis sorti du cadre légal pour entrer dans une voie assez
exceptionnelle – les événements qui se sont déroulés ont été d’une telle nature et d’une telle dimension
qu’il serait impossible de « régulariser » une situation absolument sans précédent.
A cette situation, il n’a, d’ailleurs, été nullement besoin de changer quoi que ce soit pendant les cinq
ans, sept mois et trois jours d’une très grande épreuve. Toute « solution administrative » qu’on tenterait
d’y appliquer aujourd’hui prendrait donc un caractère étrange, et même ridicule.
La seule mesure qui soit à l’échelle est de laisser les choses en état. La mort se chargera, un jour,
d’aplanir la difficulté, si tant est qu’il y en ait une.
Veuillez croire, mon cher Michelet, à mes sentiments les meilleurs. »

Mais, au fond, que pensait réellement le Général ?
Le témoignage de son aide de camp de l’époque, le capitaine Claude Guy, est particulièrement intéressant.
C’est au cours d’un déjeuner à Marly où le Général réside en attendant la fin des travaux à la Boisserie, qu’il
montre et commente à son aide de camp cette émouvante et orgueilleuse réponse qu’il vient d’adresser au
ministre des Armées.
« La démarche de Michelet, qui a été provoquée par le père Gouin, cache, de la part du gouvernement,
des intentions qui ne sont pas toujours les mêmes selon le parti que chacun y cherche, ou auquel il
appartient. J’y vois, tout d’abord, la volonté de me placer dans un cadre, pour me « tenir », le cas
échéant. Il y a, pour les ministres d’extrême gauche, le désir de me diminuer en faisant de moi, en cas
d’acceptation, un homme comme les autres. Enfin, de la part des plus intègres et des plus sincères, cette
démarche révèle une incroyable incapacité à saisir l’échelon où se placèrent ma personne et mes actes.
Ils ne peuvent, quoi qu’ils fassent, se hisser à mon niveau, car le grandiose ne pénètre jamais dans leur
esprit. Oui, ils ne peuvent percevoir le caractère absolument unique et exceptionnel de ce qui a été
l’odyssée de 1940 à la Libération, dont il n’est aucun précédent dans l’Histoire. Précédent d’une voix
anonyme, qui devint peu à peu la France, par une simple décision de ma volonté. Pauvres bougres ! J’ai
recréé la France à partir de rien, à partir de cet homme seul dans une ville étrangère … Je ne suis pas un
général vainqueur. On ne décore pas la France. »


Tout est dit ! De Gaulle est entré dans l’Histoire avec seulement deux étoiles de général de brigade ; tout
changement n’aurait pas manqué de porter atteinte à la statue du Commandeur !




Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.marbellafirst.net
Biloulou

avatar

Masculin Nombre de messages : 54566
Localisation : Jardins suspendus sur la Woluwe - Belgique
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: De Gaulle : le sens de l'histoire   10/9/2011, 07:02

Lawrence a écrit:
De GAULLE, condamné à mort par Vichy - Les deux condamnations de Charles de Gaulle en juillet et août 1940 sont des événements dont on parle
assez peu.
Toujours est-il que le colonel Charles De Gaulle (colonel ? est-ce qu'il n'a pas été dégradé pour désertion?) est quand même mort le 9 novembre 1970. Oui ou non ?

(Le colonel De Gaulle était général parce qu'il a dit à Georges Bidault qu'il était général ? Et moi je suis le pape... (signé : un ignorant malveillant)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charly

avatar

Masculin Nombre de messages : 23608
Localisation : belgique
Date d'inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: De Gaulle : le sens de l'histoire   10/9/2011, 08:20

Biloulou a écrit:
Lawrence a écrit:
De GAULLE, condamné à mort par Vichy - Les deux condamnations de Charles de Gaulle en juillet et août 1940 sont des événements dont on parle
assez peu.
Toujours est-il que le colonel Charles De Gaulle (colonel ? est-ce qu'il n'a pas été dégradé pour désertion?) est quand même mort le 9 novembre 1970. Oui ou non ?

(Le colonel De Gaulle était général parce qu'il a dit à Georges Bidault qu'il était général ? Et moi je suis le pape... (signé : un ignorant malveillant)



Ce type est un planqué !geek
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Pavouluy



Masculin Nombre de messages : 5
Localisation : Centre de la France
Date d'inscription : 05/09/2011

MessageSujet: Re: De Gaulle : le sens de l'histoire   10/9/2011, 09:20

Charly a écrit:
Ce mec qui est resté planqué en Angleterre n'est pas le bon exemple.
C'est particulièrement stupide de lui faire ce reproche ! Certes, il aurait pu rentrer clandestinement, comme tant d'autres, mais alors qui aurait représenté la France libre auprès de Churchill et des alliés ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lawrence

avatar

Masculin Nombre de messages : 11667
Age : 72
Localisation : Marbella
Date d'inscription : 20/09/2010

MessageSujet: Re: De Gaulle : le sens de l'histoire   10/9/2011, 09:45

Biloulou a écrit:
Lawrence a écrit:
De GAULLE, condamné à mort par Vichy - Les deux condamnations de Charles de Gaulle en juillet et août 1940 sont des événements dont on parle
assez peu.
Toujours est-il que le colonel Charles De Gaulle (colonel ? est-ce qu'il n'a pas été dégradé pour désertion?) est quand même mort le 9 novembre 1970. Oui ou non ?

(Le colonel De Gaulle était général parce qu'il a dit à Georges Bidault qu'il était général ? Et moi je suis le pape... (signé : un ignorant malveillant)

En effet Biloulou..... Twisted Evil


C’est la question que certains antigaullistes (il y en a encore malheureusement !) n’hésitent pas à soulever soit
par ignorance ou plus sûrement par malveillance.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.marbellafirst.net
Biloulou

avatar

Masculin Nombre de messages : 54566
Localisation : Jardins suspendus sur la Woluwe - Belgique
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: De Gaulle : le sens de l'histoire   10/9/2011, 09:52

C'est très grossier de montrer son doigt comme ça... Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lawrence

avatar

Masculin Nombre de messages : 11667
Age : 72
Localisation : Marbella
Date d'inscription : 20/09/2010

MessageSujet: Re: De Gaulle : le sens de l'histoire   10/9/2011, 09:55

Biloulou a écrit:
C'est très grossier de montrer son doigt comme ça... Embarassed


Tu confonds l'index et le major majeur !!!

Ah, toi et les grades !!!!!!


Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.marbellafirst.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De Gaulle : le sens de l'histoire   

Revenir en haut Aller en bas
 
De Gaulle : le sens de l'histoire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 18Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 12 ... 18  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Libres Propos :: GÉNÉRAL-
Sauter vers: