Libres Propos
Frappez, entrez et soyez bienvenu !



Bienvenu Invité, sur le forum Libres Propos
AccueilPortailGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Club des Cinéphiles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
OmbreBlanche

avatar

Masculin Nombre de messages : 11154
Age : 43
Localisation : Nord Franche-Comté (25)
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: Le Club des Cinéphiles   16/11/2008, 15:24

Rappel du premier message :

Ici, vos coups de coeur cinéma ou coups de griffes.
Bref, tous les films que vous avez adoré ou détesté.


Arrow A voir en ce moment: "L'Echange", un drame signé Clint Eastwood




L'histoire d'une femme qui voit son fils se faire kidnapper.
Cinq mois passent, et elle apprend qu'il a été retrouvé. Mais elle ne reconnaît pas l'enfant qu'on lui présente...

Avec : Angelina Jolie, John Malkovich, Michael Kelly, Jeffrey Donovan et Harner Jason Butler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ump25.probb.fr/forum.htm

AuteurMessage
emma



Nombre de messages : 3845
Date d'inscription : 08/12/2008

MessageSujet: Re: Le Club des Cinéphiles   9/2/2010, 23:46

Travolta acclamé dans un cinéma du 93

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/02/09/01011-20100209FILWWW00522-travolta-acclame-dans-un-cinema-du-93.php

L'acteur américain John Travolta a été acclamé ce soir par des centaines de spectateurs dans un cinéma d'une ville du nord de la banlieue parisienne, pour la présentation du film From Paris with love, qui aurait dû être tourné dans cette zone. En octobre 2008, après l'incendie de dix voitures devant servir aux cascades et aux décors du film, réalisé par Pierre Morel, et produit par sa société Europacorp, Luc Besson avait annoncé aux habitants de Montfermeil (Seine-Saint-Denis) recrutés comme figurants qu'il annulait le tournage, considérant que les conditions de sécurité n'étaient pas réunies. John Travolta n'a pas eu d'échanges avec le public et les journalistes et n'est pas revenu sur cet épisode lors de la présentation du film à Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Mais l'acteur de La fièvre du samedi soir et de Pulp fiction, a été acclamé par les spectateurs. "Bonjour, je suis heureux d'être là. J'aime beaucoup", a-t-il uniquement dit, en français.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Biloulou

avatar

Masculin Nombre de messages : 54566
Localisation : Jardins suspendus sur la Woluwe - Belgique
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Le Club des Cinéphiles   10/2/2010, 09:07

Italie : un film d'horreur déclenche une épidémie d'accès de panique
(Par Belga, www.belga.be, Mise à jour: 9/02/2010)

Le film d'horreur "Paranormal activity", qui vient de sortir dans les salles de cinéma italiennes, a déjà provoqué des dizaines d'accès de panique, essentiellement chez de jeunes spectateurs, conduisant une association de consommateurs à envisager une action en justice.

"Les cas avérés d'accès de panique et les autres effets psychologiques enregistrés chez des mineurs, liés à la vision du film, montrent clairement la nécessité de l'interdire aux moins de 18 ans", a affirmé lundi dans un communiqué Codacons, une des principales associations italiennes de consommateurs.

Le 118, le numéro italien de police-secours, a enregistré des dizaines d'appels, comme par exemple à Naples, où selon un employé du 118 "plusieurs cas d'accès de panique qui ont duré plus d'une demi-heure se sont produits samedi soir". "Le cas le plus grave concerne une jeune fille de 14 ans qui a été transportée à l'hôpital dans un état de paralysie", a-t-il précisé. En outre, "les mineurs qui ont ces derniers jours subi des désagréments liés à la vision du film, comme des accès de panique, des tremblements, des vomissements, des états de choc (...) pourraient engager des actions (pour obtenir) des dommages-intérêts auprès des tribunaux", a indiqué le président de Codacons, Carlo Rienzi.

En 2007, à la suite d'un recours de l'association, le film de Mel Gibson "Apocalypto" avait été interdit aux moins de 14 ans. "Paranormal activity", un thriller indépendant américain d'Oren Peli réalisé à la manière d'un documentaire avec un budget de 15.000 dollars, est sorti aux États-Unis le 16 octobre et en France le 2 décembre. Le film met en scène un couple, Katie et Micah, qui sont témoins de phénomènes surnaturels dans leur maison : la caméra est tenue par le couple, avec des images souvent floues et mal cadrées à la manière du film "Le projet Blair Witch". Le ministre italien de la Défense Ignazio La Russa, père d'un petit garçon de sept ans, a qualifié la semaine passée de "chose horrible" la bande-annonce du film diffusée à toute heure par certaines chaînes télévisées italiennes, affirmant qu'elle "terrorise des milliers d'enfants".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zed

avatar

Masculin Nombre de messages : 16907
Age : 52
Localisation : Longueuil, Québec, Canada, Amérique du nord, planète Terre, du système solaire Galarneau de la voie lactée
Date d'inscription : 13/11/2008

MessageSujet: Re: Le Club des Cinéphiles   10/2/2010, 09:25

Biloulou a écrit:
Italie : un film d'horreur déclenche une épidémie d'accès de panique
(Par Belga, www.belga.be, Mise à jour: 9/02/2010)

Le film d'horreur "Paranormal activity", qui vient de sortir dans les salles de cinéma italiennes, a déjà provoqué des dizaines d'accès de panique, essentiellement chez de jeunes spectateurs, conduisant une association de consommateurs à envisager une action en justice.

"Les cas avérés d'accès de panique et les autres effets psychologiques enregistrés chez des mineurs, liés à la vision du film, montrent clairement la nécessité de l'interdire aux moins de 18 ans", a affirmé lundi dans un communiqué Codacons, une des principales associations italiennes de consommateurs.

Le 118, le numéro italien de police-secours, a enregistré des dizaines d'appels, comme par exemple à Naples, où selon un employé du 118 "plusieurs cas d'accès de panique qui ont duré plus d'une demi-heure se sont produits samedi soir". "Le cas le plus grave concerne une jeune fille de 14 ans qui a été transportée à l'hôpital dans un état de paralysie", a-t-il précisé. En outre, "les mineurs qui ont ces derniers jours subi des désagréments liés à la vision du film, comme des accès de panique, des tremblements, des vomissements, des états de choc (...) pourraient engager des actions (pour obtenir) des dommages-intérêts auprès des tribunaux", a indiqué le président de Codacons, Carlo Rienzi.

En 2007, à la suite d'un recours de l'association, le film de Mel Gibson "Apocalypto" avait été interdit aux moins de 14 ans. "Paranormal activity", un thriller indépendant américain d'Oren Peli réalisé à la manière d'un documentaire avec un budget de 15.000 dollars, est sorti aux États-Unis le 16 octobre et en France le 2 décembre. Le film met en scène un couple, Katie et Micah, qui sont témoins de phénomènes surnaturels dans leur maison : la caméra est tenue par le couple, avec des images souvent floues et mal cadrées à la manière du film "Le projet Blair Witch". Le ministre italien de la Défense Ignazio La Russa, père d'un petit garçon de sept ans, a qualifié la semaine passée de "chose horrible" la bande-annonce du film diffusée à toute heure par certaines chaînes télévisées italiennes, affirmant qu'elle "terrorise des milliers d'enfants".


Ahhhhhh ! mais, c'est italien, un bon spag, et ca va passer Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OmbreBlanche

avatar

Masculin Nombre de messages : 11154
Age : 43
Localisation : Nord Franche-Comté (25)
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: Re: Le Club des Cinéphiles   10/2/2010, 10:04

Génial ! Du coup, j'ai vraiment envie d'aller le voir ce film ! Very Happy



bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ump25.probb.fr/forum.htm
Biloulou

avatar

Masculin Nombre de messages : 54566
Localisation : Jardins suspendus sur la Woluwe - Belgique
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Le Club des Cinéphiles   10/2/2010, 10:41

J'avoue que ça me met l'eau à la bouche...

(Tiens, c'est rouge.... )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OmbreBlanche

avatar

Masculin Nombre de messages : 11154
Age : 43
Localisation : Nord Franche-Comté (25)
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: Re: Le Club des Cinéphiles   10/2/2010, 11:06

Biloulou a écrit:
J'avoue que ça me met l'eau à la bouche...

(Tiens, c'est rouge.... )

Nous sommes peut-être tous ici des pervers en puissance, qui sait... ? Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ump25.probb.fr/forum.htm
emma

avatar

Féminin Nombre de messages : 3845
Date d'inscription : 08/12/2008

MessageSujet: Re: Le Club des Cinéphiles   10/2/2010, 20:54

Jeannot l'intrépide, premier film français d'animation



Le film ressort dans les salles...

http://www.20minutes.fr/article/383564/Cinema-Jeannot-l-intrepide-premier-film-francais-d-animation.php

Jeannot l'intrépide n'est pas un lapin mais un gamin bien résolu à combattre l'ogre qui a dévoré tant d'enfants avant lui. Mais ce Petit Poucet va se perdre en chemin, croiser celui d'insectes de toute sorte, et devoir son salut à l'amour que lui porte la reine des abeilles. Réalisateur de dessins animés publicitaires, Jean Image signait là, en 1950, le tout premier long métrage français d'animation. Sans les moyens de Walt Disney, son idole, mais avec une liberté de ton et un humour qui lui vaudront un prix à Venise.

Date de sortie cinéma : 13 décembre 1950
Date de reprise cinéma : 10 février 2010

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jam

avatar

Masculin Nombre de messages : 1404
Age : 62
Localisation : saint-nectaire land
Date d'inscription : 02/11/2008

MessageSujet: Re: Le Club des Cinéphiles   11/2/2010, 20:01

emma,
je lisais dans un de tes posts que des "chercheurs" britanniques ont trouvé pourquoi dans le western spaghetti celui qui dégaine en deuxième gagne le duel
bon, je sais pas qui paie ces chercheurs, mais tout de même c'était facile à comprendre
si le type dégaine en second c'est qu'il n'est pas encore mort
donc que celui qui a dégainé en premier ne l'a pas tué
donc qu'il est maladroit

m'enfin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
emma

avatar

Féminin Nombre de messages : 3845
Date d'inscription : 08/12/2008

MessageSujet: Re: Le Club des Cinéphiles   15/2/2010, 19:16

Depardieu est-il trop blanc ?



Dans le film L'Autre Dumas, le monstre du cinéma français incarne la vie du grand écrivain..., qui était métis. Des voix se font entendre pour désapprouver le choix de l'interprète.

http://lci.tf1.fr/culture/cinema/2010-02/depardieu-est-il-trop-blanc-5693908.html

Dénonçant un "blanchiment", Emmanuel Goujon et Serge Bilé rappellent que, dans ses Mémoires, Alexandre Dumas se décrivait lui-même comme "un nègre" avec des "cheveux crépus" et un "accent légèrement créole". "Dans ce film, on occulte son histoire, il est grimé, on lui met des bouclettes sur une tête de Gaulois", s'énerve Sonia Rolland, ex miss France et métisse franco-rwandaise. Elle s'insurge : "En plein débat sur l'Identité nationale, ça ne semble choquer personne, à part quelques Noirs ou métis." Gérard Depardieu a beau déclarer dans ce même journal "se foutre" de l'identité nationale, certains s'émeuvent de la trop faible présence des Noirs dans le cinéma d'aujourd'hui. "Gérard Depardieu interprète le rôle certainement avec brio mais je conçois qu'on puisse être attristé de voir qu'on n'a pas trouvé d'acteur de couleur", commente la journaliste Audrey Pulvar. "Les élites, quelles qu'elles soient, ont tendance à ne pas être en phase avec le reste de la société, dans tous les domaines", ajoute-t-elle. Pour le Cran, le film "est symptomatique de la discrimination dont sont victimes les personnes issues de la diversité dans tous les domaines et de la difficulté des élites à le reconnaitre". C'était l'occasion rêvée de promouvoir un acteur d'origine antillaise, déplore dans le romancier Bernard Fillaire. Pour Emmanuel Goujon et Serge Bilé, "en gommant ses traits", le film L'Autre Dumas, qui narre la triste vie d'Auguste Maquet le "nègre" de l'écrivain, occulte un aspect essentiel de la vie d'Alexandre Dumas : le racisme. En raison de sa couleur de peau, l'écrivain subissait les quolibets de ses contemporains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
emma

avatar

Féminin Nombre de messages : 3845
Date d'inscription : 08/12/2008

MessageSujet: Re: Le Club des Cinéphiles   22/2/2010, 00:57

Semih Kaplanoglu et Roman Polanski, les deux vainqueurs de la 60e Berlinale

Le très bon palmarès, proclamé samedi soir, a sauvé une édition assez moyenne qui a laissé perplexe bien des observateurs

http://www.la-croix.com/Semih-Kaplanoglu-et-Roman-Polanski-les-deux-vainqueurs-de-la/article/2415656/5548

Le Lion d’or de la 60e Berlinale a été attribué samedi 20 février au soir au film Bal (Miel, en français) du cinéaste turc Semih Kaplanoglu, dernier volet d’une trilogie, entamée avec Süt (Oeuf, en 2007), puis Yumurta (Lait, en 2008). Un enchantement poétique autour d’un enfant qui vit avec sa famille dans une forêt. Son père, apiculteur, piège les ours dans les forêts profondes du Caucase. Chaque matin, le petit Yussuf part à l’école, escorté par un faucon que son père lâche pour lui ouvrir le chemin. Et le soir, ils se chuchotent des secrets à l’oreille, loin de la mère qui comprend mal son enfant, taciturne et mystérieux, enveloppé dans les sortilèges de la nature et les songes de son âge. Un film qui suggère que les rêves doivent être murmurés plutôt que dits et surtout qu’on ne doit les répéter à personne.

L’ours d’argent du meilleur réalisateur - pour Ghost writer (sur nos écrans, le 3 mars) dépasse peut-être ses propres espérances : Roman Polanski a remporté son troisième Lion, à Berlin (après Répulsion en 1965, et Cul de sac, en 1966). Chacun se doutait que le monde du cinéma manifesterait sa solidarité. Par chance, son nouveau film est une oeuvre brillante.

Cette distinction, par son retentissement, ne doit pas éclipser non plus deux autres films remarquables. Grigori Dobrygin et Serguei Pouskepalis, les deux interprètes de How I ended this summer, du Russe Alexei Popogrebsky, ont reçu l’Ours d’argent du meilleur acteur. De même, projeté au début du Festival, Si je veux siffler, je siffle, du Roumain Florin Serban a obtenu le prestigieux Grand prix du jury et le Prix Alfred-Bauer (du nom du premier directeur de la Berlinale) qui distingue chaque année une oeuvre innovante.

Le palmarès de la Berlinale 2010

Ours d’or du meilleur film : Miel, du Turc Semih Kaplanoglu. Ours d’argent – grand prix du jury : Eu cand vreau sa fluier, fluier (« Si je veux siffler, je siffle »), du Roumain Florin Serban. Ours d’argent du meilleur réalisateur : le Franco-Polonais Roman Polanski pour The Ghost Writer. Ours d’argent du meilleur acteur : ex aequo aux Russes Grigori Dobrygin et Serguei Pouskepalis pour leurs rôles dans How I ended this summer, un thriller d’Alexei Popogrebsky. Ours d’argent de la meilleure actrice : la Japonaise Shinobu Terajima, pour son rôle d’épouse d’un soldat mutilé dans Caterpillar, de Koji Wakamatsu. Ours d’argent de la meilleure contribution artistique : Pavel Kostomarov pour la photo de How I ended this summer, d’Alexei Popogrebsky (Russie). Ours d’argent du meilleur scénario : Tuan Yuan, de Wang Quan’an (Chine). Prix Alfred-Bauer, du nom du premier directeur de la Berlinale : Si je veux siffler, je siffle, de Florin Serban. Prix du meilleur premier film : Sebbe, de Babak Najafi (Suède).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
emma

avatar

Féminin Nombre de messages : 3845
Date d'inscription : 08/12/2008

MessageSujet: Re: Le Club des Cinéphiles   26/2/2010, 23:05

Ce soir, les Oscars 2010 : Les Français sont très bien représentés dans la catégorie court-métrage d'animation avec French Roast de Fabrice O. Joubert.



Et Logorama, de François Alaux, Hervé de Crecy et Ludovic Houplain.





L'espagnol Javier Recio Gracia présente La Dama y la Muerte



Les Irlandais Nicky Phelan et Darragh O'Connell, Granny O'Grimm's Sleeping Beauty



Et le Britannique Nick Park, A Matter of Loaf and Death





Dernière édition par emma le 7/3/2010, 20:32, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bernard75

avatar

Masculin Nombre de messages : 2255
Age : 24
Date d'inscription : 13/12/2009

MessageSujet: Re: Le Club des Cinéphiles   27/2/2010, 05:33

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bernard75

avatar

Masculin Nombre de messages : 2255
Age : 24
Date d'inscription : 13/12/2009

MessageSujet: Re: Le Club des Cinéphiles   27/2/2010, 08:49



Dujardin explose les compteurs



Jean Dujardin est l'acteur le mieux payé du cinéma français en 2009, selon un palmarès du Figaro. Il est talonné par Dany Boon et Sophie Marceau.

C'est le jackpot pour Jean Dujardin. L'acteur d'OSS 117 a touché 4,4 millions d'euros en 2009, selon le palmarès du Figaro , ce qui en fait l'acteur français le mieux payé. L'acteur empoche deux millions d'euros par film. Il a également été payé 390.000 euros pour la co-écriture du scénario de Lucky Luke. Dany Boon, premier du classement en 2008, est rétrogradé sur la deuxième marche du podium, avec 3 millions d'euros touchés lors de l'année précédente. D'après le quotidien, ce résultat s'explique parce que les contrats de ses films sortis en 2009 ont été signés avant le carton de Bienvenue chez les Ch'tis. En ce début 2010, l'humoriste talonne Jean Dujardin: les producteurs lui offrent un cachet de 2,5 millions d'euros, soit 500.000 euros de plus que lui.

En troisième position, arrive Sophie Marceau. L'actrice a empoché 2,9 millions d'euros en 2009, notamment grâce à LOL. Elle a touché 765.000 euros pour tourner cette comédie mais a négocié une plus-value sur les entrées réalisées par le film: 0,13 euros par entrée au-delà du million et 0,225 euros au-delà de deux millions. Grâce à ce montage, elle a touché une "prime" de 486.000 euros, rapporte le quotidien. Si son cachet par film est inférieur à celui d'Audrey Tatou (1,5 million, 10e du classement), l'interprète de La Boum tourne plus souvent, ce qui lui permet d'accrocher cette troisième place. C'est également un acteur donnant plutôt dans la veine comique qui est quatrième du classement. Kad Merad, qui a notamment joué dans Safari, le Petit Nicolas et RTT, a touché 2,75 millions d'euros. Son cachet est d'environ un million d'euros par film et, d'après le quotidien, il pourrait espérer 1,5 millions pour l'année 2010.
Nouvelle génération



Guillaume Canet arrive à la cinquième place. Le comédien grimpe peu à peu au classement, notamment grâce à ses multiples casquettes de comédien, réalisateur, producteur et scénariste. Il a touché 2,4 millions d'euros en 2009. Sa cote s'établi à 800.000 euros par film en 2009, un million en 2010.

Le Figaro note que cette année, les "géants" du cinéma français sont éclipsés par une nouvelle vague de quadragénaire. Exit donc les Gérard Depardieu, Daniel Auteuil et Christian Clavier qui sortent du Top 10. Ce succès de la jeune génération s'explique par une nouvelle manière de mener sa carrière: les acteurs plus jeunes n'hésitent plus à changer de registre, du comique au dramatique, en passant par le film d'action, à l'image de Jean Dujardin. Et les "quadras" multiplient les rôles: parfois comédiens, ils sont aussi scénaristes ou réalisateurs. "A la différence de leurs aînés, les 'jeunes' acceptent de moduler leur cachet en fonction des projets", relève le quotidien. Et de citer en exemple Charlotte Gainsbourg, qui a demandé un cachet de 450 000 euros pour Prête-moi ta main mais a accepté de toucher seulement 75.000 euros pour Antichrist de Lars Von Trier. Un rôle qui lui a valu le Prix d'interprétation à Cannes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bernard75

avatar

Masculin Nombre de messages : 2255
Age : 24
Date d'inscription : 13/12/2009

MessageSujet: Re: Le Club des Cinéphiles   27/2/2010, 08:53

Ceux là ne boxent pas dans la même catégorie !

Les acteurs américains Will Smith, Johnny Depp et Eddie Murphy sont les acteurs hollywoodiens ayant touché les plus gros salaires l'année passée, selon un classement publié dans un numéro spécial du magazine spécialisé Forbes sur les revenus des stars du divertissement.
Smith, 39 ans, a raflé 80 millions de dollars entre le 1er juin 2007 et le 1er juin 2008 grâce à des films d'action comme "Je suis une légende" et "Hancock", soignant en outre sa réputation artistique avec une nomination aux Oscars pour "A la recherche du bonheur" en 2007, note la publication.
Depp, connu pour alterner films commerciaux (la série des "Pirates") et oeuvres exigeantes, suit de près avec 72 millions de dollars de salaire annuel. L'acteur fétiche de Tim Burton, 45 ans, a été sélectionné aux Oscars en 2008 pour son film musical sanglant "Sweeney Todd".
Bien que régulièrement cloué au pilori par la critique pour ses comédies grasses, Murphy, 47 ans, garde une forte valeur commerciale, puisqu'il a gagné 55 millions de dollars en un an, estime le magazine. Il doit ces revenus à ses films, mais surtout au dessin animé "Shrek" où il joue la voix de l'âne.
"Shrek le troisième" sorti en 2007 permet aussi au Canadien Mike Myers, voix de l'ogre vert, de prendre la troisième place ex-aequo avec 55 millions de dollars, malgré l'échec de sa dernière comédie, "Love Gourou".
Toujours grâce à "Shrek" et à la princesse Fiona à qui elle prête son timbre, Cameron Diaz est de loin l'actrice la mieux payée de Hollywood avec 50 millions de dollars. Elle est suivie par Leonardo DiCaprio (45 millions), le vétéran musclé Bruce Willis (41 millions), le comique Ben Stiller (40 millions) et Nicolas Cage (38 millions).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
emma

avatar

Féminin Nombre de messages : 3845
Date d'inscription : 08/12/2008

MessageSujet: Re: Le Club des Cinéphiles   7/3/2010, 20:37

Ce soir, les Oscars 2010 : Les Français sont très bien représentés dans la catégorie court-métrage d'animation avec French Roast de Fabrice O. Joubert.



Et Logorama, de François Alaux, Hervé de Crecy et Ludovic Houplain.



L'espagnol Javier Recio Gracia présente La Dama y la Muerte



Les Irlandais Nicky Phelan et Darragh O'Connell, Granny O'Grimm's Sleeping Beauty



Et le Britannique Nick Park, A Matter of Loaf and Death





Dernière édition par emma le 13/4/2010, 17:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
emma

avatar

Féminin Nombre de messages : 3845
Date d'inscription : 08/12/2008

MessageSujet: Re: Le Club des Cinéphiles   8/3/2010, 20:38

Oscar : Mitterrand félicite l'équipe de Logorama

Le producteur Nicolas Schmerkin a reçu un Oscar pour le court-métrage d'animation en 3D «Logorama».



http://www.lejdd.fr/Culture/Cinema/Depeches/Oscar-Mitterrand-felicite-l-equipe-de-Logorama-177952/

Frédéric Mitterrand, a félicité l’équipe de Logorama, film français qui a remporté dimanche l’Oscar du meilleur court métrage d’animation pour l’année 2009. "C’est une très grande réussite, dans une compétition de très haut niveau qui mettait en concurrence Logorama avec notamment un autre excellent film français French Roast ainsi qu’avec un film espagnol La Dama et la muerte", souligne le ministre de la Culture. "Cet Oscar récompense un film qui fait rire, sourire et réfléchir, un film où l’humour, l’ironie, l’inventivité le disputent à la qualité du graphisme. Un tel trophée, c’est bien sûr une grande joie que je partage avec tous ceux qui ont contribué à la réalisation de ce film, particulièrement ses trois graphistes : François Alaux, Hervé de Crécy et Ludovic Houplain", poursuit-il. Et de conclure: "Logorama fait partie de ces très belles réalisations collectives qui permettent à notre cinéma d’animation de se faire connaître et reconnaître au delà de nos frontières et de mettre en valeur un vrai génie français dans ce domaine de la création cinématographique".

Les vainqueurs des Oscars 2010 :

http://www.oscars.org/awards/academyawards/82/nominees.html

Logorama.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Biloulou

avatar

Masculin Nombre de messages : 54566
Localisation : Jardins suspendus sur la Woluwe - Belgique
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Le Club des Cinéphiles   12/3/2010, 07:13

Roman Polansky souhaiterait féliciter personnellement l'équipe du film oscarisé "Démineurs"...

(Signé : Bernard)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
emma

avatar

Féminin Nombre de messages : 3845
Date d'inscription : 08/12/2008

MessageSujet: Re: Le Club des Cinéphiles   12/4/2010, 22:06

Alors qu'en ce moment, ARTE consacre ses soirées à une rétrospective Miyazaki et un hommage aux studios Ghibli, profitez-en avant que le film ne soit plus en ligne : Mes voisins les Yamada , de Isao Takahata, dans son intégralité et en version française !





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OmbreBlanche

avatar

Masculin Nombre de messages : 11154
Age : 43
Localisation : Nord Franche-Comté (25)
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: Re: Le Club des Cinéphiles   26/4/2010, 06:47



Deux frères que tout sépare, sauf le fait d'être nés juifs, se
retrouvent en Israël après des années de silence.




Dan, qui a choisi le monde du travail et de la terre, vit avec sa
famille, dans un kibboutz au sud d'Israël. Aaron, son frère, docteur en
droit et en philosophie, grand érudit de la Torah, arrive des Etats-Unis
à Jérusalem pour défendre les droits des étudiants de la Torah. Le
conflit qui va les opposer reflète une société en mutation, déchirée
entre ses croyances religieuses et ses convictions politiques.

Dan et Aaron, à l’image de leur pays s’aiment avec pudeur, ils vont se
battre avec passion.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ump25.probb.fr/forum.htm
JACKLELOUP

avatar

Masculin Nombre de messages : 9859
Age : 77
Localisation : Bruxelles .
Date d'inscription : 02/11/2008

MessageSujet: Re: Le Club des Cinéphiles   11/5/2010, 20:29

Les routes de nos terres campagnardes bloquées par le tournage du film de Dany Bonne . Les gens des villages doivent faire un détour de 30 Km pour acheter le pain . Je vais me déplacer et voir la possibilité d'assigner ce Monsieur en justice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charly

avatar

Masculin Nombre de messages : 23608
Localisation : belgique
Date d'inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Le Club des Cinéphiles   13/6/2010, 08:00

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
emma

avatar

Féminin Nombre de messages : 3845
Date d'inscription : 08/12/2008

MessageSujet: Re: Le Club des Cinéphiles   18/7/2010, 00:27





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
emma

avatar

Féminin Nombre de messages : 3845
Date d'inscription : 08/12/2008

MessageSujet: Re: Le Club des Cinéphiles   10/9/2010, 20:23

J'ai sous-titré le premier film porno pour sourds et malentendants

Récit à la première personne d'une mission pas comme les autres

http://www.streetpress.com/sujet/962-j-ai-sous-titre-le-premier-film-porno-pour-sourds-et-malentendants

Depuis le 12 février, tous les programmes TV doivent être sous-titrés pour les sourds. Le genre X n'échappe pas à la règle. Mais décrire le bruit d'un doigt qui rentre dans un vagin humide n'est pas une mince affaire. C’est sur moi que le doigt du destin s’est posé pour sous-titrer pour la première fois dans l’histoire un film X pour les sourds et malentendants. Nous sommes en octobre 2009 et je fais des heures sup’ dans le sous-titrage depuis un mois seulement quand on m’appelle pour me confier cette mission. Décision du CSA: tous les programmes TV devront être sous-titrés au 12 février 2010. Canal Plus a décidé de précéder la demande de deux mois avec Les coquines de l’île de beauté, le premier film porno sous-titré pour les sourds. La première chose que je sous-titre, c’est la musique signée Stéphane Delta qui accompagne l’accostage d’un petit yatch. Difficile de définir le style… J’indique juste «musique… gaie». Quelques plans plus tard, on passe aux choses sérieuses avec la première scène torride. Sous l’image d’un torrent dans la forêt, j’indique « eaux tumultueuses » signe annonciateur de rapports charnels. Deux créatures, une brune et une blonde, marchent délicatement sur les rochers qui longent le cours d’eau. Elles se déshabillent, totalement, et conversent, pas de la pluie, mais du beau temps. Elles rencontrent Marco qui n’a plus de crème solaire. Allongé sur le ventre, le jeune homme se décontracte au rythme des mains crémeuses glissant sur ses fesses légèrement poilues. Une musique que je retranscris en «musique douce» démarre. Comme aimantés, les corps se rapprochent et entament une valse charnelle intense, aux variations buccales, vaginales et sodomites. L’homme éjacule généreusement. Je ne dirai pas des litres, mais tout de même une quantité suffisamment importante pour tenir dans une fiole de Tabasco. J’indique quelque chose comme «râle de jouissance» ou «jouissance intense», au cas où un spectateur qui suit la dynamique narrative serait soucieux de coller parfaitement au récit. Notre héros inonde les visages comblés des deux jeunes femmes. Sur mon écran d’ordi, son sexe occupe environ 30 % de l’image, tandis que 10 % sont consacrés au décor et que les 60 % restant dévoilent les visages lumineux des deux jeunes femmes, visiblement ravies de bénéficier d’un soin bio euphorisant gratuit. C’est le moment que choisit le logiciel pour planter, figeant l’image avant qu’un message d’erreur ne se démultiplie à l’infini. Finalement, ce problème a duré plusieurs heures avant d’être résolu: plusieurs informaticiens se relayant et se retrouvant – la mine visiblement réjouie – face à la même image. Le dialogue suivant a lieu devant une paillote, ces bars qui fleurissent l’été sur les plages corses :

« – Ton premier jour s’est bien passé ? » demande Phil, concerné.

- « Très bien. Mais c’est un travail difficile et fatigant… » répond Alexia, la voix lasse, soupirant sur son décolleté.

- « Je suis content. » répond Phil en pelotant amicalement les formes de la jeune femme.
- « Tu fais quoi Phil ? » s’exclame t-elle, interloquée mais pas choquée.
- « Tu es belle. » répond Phil.
- « Tu as un copain ? » demande l’ami de Phil.
- « Non je n’en ai pas. Je ne veux pas de complications. » assure Alexia.
- « Pas de complications ? Allez détends-toi. » dit Phil.
- « Vous ne comprenez pas. Je ne veux pas de liaisons. » insiste la jeune femme.
- « Qui a parlé de ça ? T’inquiète pas ! » insiste Phil, les mains toujours aussi baladeuses.
- « Vous êtes charmants tous les deux. Mais je ne veux pas choisir entre vous deux. L’un de vous ne sera pas content. Vous comprenez ? », répond-t-elle, réellement désolée.
- « Tu n’as pas à choisir. C’est vrai. Tu peux avoir les deux. »

Non, cette jeune femme ne cherche pas les complications et ça tombe bien parce que le scénariste du film non plus. D’ailleurs, toute personne ayant participé à ce film n’a cherché à aucun moment des complications que ce soit pour le décor, les dialogues, le montage, le doublage, la production, les accessoires. Rien n’y est compliqué. On est allé au plus simple. Et j’avoue que le sous titrage pour sourds et malentendants ne l’a pas été non plus. Au moment de débuter, je craignais d’avoir trop peu de vocabulaire pour décrire les émotions et sensations des personnages en action. Effectivement, on a rapidement fait le tour avec une liste de noms communs: Cri – Gémissement – Râle – Jouissance – Respiration – Plaisir – Grognement. Et d’adjectifs: Long – Saccadé – Étouffé – Retenu – Aigu – Rapprochés – Crescendo – Intense. Mais on effectue des combinaisons multiples: Cri aigu – Long râle – Respiration saccadée. Et, sophistication extrême, on combine plusieurs noms et adjectifs: Long gémissement de plaisir – Râle de plaisir intense – Respiration haletante et petits cris – Petits cris de plaisir crescendo – Long râle de jouissance. J’ai essayé de ponctuer ces descriptions de quelques onomatopées qui illustrent la satisfaction, le désir, le contentement, les sensations, tels que «oh, mmm, hou, ah…» De même, on agrémente les scènes de plusieurs «oui» ou «c’est bon» en fonction de la forme et du degré d’ouverture de la bouche à l’écran.

Il faut également essayer de placer au bon moment les mots pour qu’ils ne bavent pas trop d’un plan sur l’autre. Si vous faîtes démarrer un « oh oui » sous les fesses d’une comédienne en pleine action, un malentendant un peu naïf pourrait croire à un exercice de ventriloquie anale. C’est pourquoi, dans ce métier, il faut s’appliquer à caler le texte à l’image prêt; texte qui ne doit jamais se superposer excessivement à l’action. Il serait dommage qu’un mot dissimule un téton gonflé, un testicule explosif ou un anus hospitalier. C’est un métier quand même… Les auteurs de sous-titre pour les sourds et malentendants ont vu leurs revenus baisser de manière spectaculaire en quelques années. De 12 euros la minute de programme sous-titré à 5 euros actuellement, ils ont subi la guerre ouverte de nombreux laboratoires de post-production. Certains laboratoires paient même jusqu’à 3 euros la minute de film sous-titré, soit un rapport inférieur au Smic horaire, en contournant habilement le droit du travail et même les frontières (délocalisation au Maroc ou au Vietnam). Le nombre de déficients auditifs en France métropolitaine est estimé à 5.182.000 personnes (8,7% de la population) dont 302.900 déficients auditifs profonds, 1.429.800 déficients auditifs moyen et 3.449.300 déficients auditifs léger à moyen. Plus de 65% des déficients ont plus de 65 ans.

Après quelques heures de travail, j’ai terminé la totalité du sous titrage du film et aujourd’hui, j’ai rendez-vous avec le technicien de la chaîne responsable de la diffusion pour ce qu’on appelle très sérieusement dans le jargon du métier «la simulation». Je demande au responsable de Canal Plus si le sous-titrage d’un film X pour sourd et muets a déjà été fait. «Pas à ma connaissance. Tu gagneras peut-être un Hot d’Or !» Hé hé, je ris jaune… «Je suis sérieux.» ajoute-t-il en me fixant. Je ne ris plus du tout. Le responsable de Canal nous indique quelques préférences qu’il voudrait ajouter au sous-titrage. Là, les fesses de Cynthia claquent contre le buste de Marco, alors il nous demande d’inscrire «claquements de fesses». Maintenant, Marco promène sa langue sur le clitoris d’une jeune hongroise. Monsieur Canal Plus voudrait que ce son soit porté à la connaissance du spectateur sourd: il nous invite à rajouter «claquements de langue». Plus loin, Phil dévore la poitrine d’Alexia : rajoutez «bruit de succion». Mon interlocutrice me rappelle. Canal Plus demande des modifications sur la version pourtant finale qui doit être diffusée en novembre. Il nous est demandé de faire disparaître les onomatopées et de les remplacer par des mots plus cohérents. Au lieu de «aaah», mettre «il jouit» par exemple, à la place de «mmm» insérer des gémissements de plaisir etc.… Je croyais pourtant en avoir terminé. Mais non. Le film a du être revu dans les bureaux du diffuseur et, décidément, ils sont perfectionnistes.

J’ai annoncé à mes commanditaires que je ne souhaitais plus faire de sous-titrage de film X. Le responsable de la production me rappelle que je suis identifié chez le diffuseur comme «le responsable des sous-titres sourds et malentendants pour les films X». Il me donne le week-end pour réfléchir. Je signale qu’il y a comme un léger dégoût à se retrouver plusieurs heures durant, seul devant son ordinateur, face à un torrent d’éjaculations, une orgie de sodomies, un mitraillage de double pénétrations, image par image, seconde après seconde. Il commence à comprendre que la mission n’est pas anodine et qu’il faudra peut-être prévoir une alternance «d’ auteurs» pour ce type de programmes.

Les Coquines de l'île de beauté, en novembre sur Canal +



Les Coquines de l’île de beauté – Fiche Technique
Réalisateur
: Alexandre Roy
Avec: Christina Jolie, Donna Bell, Alexa Bold, Alison Vinni et Phil Holliday
Durée: 1h22 minutes
On a aimé: La générosité des acteurs et leur fraîcheur (sauf Madame Nielsen)
On n’a pas aimé: un scénario sans vraie fin alors qu’on s’était laissé prendre au jeu
Si vous deviez l’offrir: A tous les o(ri)ffices du tourisme de Corse pour qu’ils distribuent le film aux vacanciers
Note: 3/5
La fiche du film :
ici

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
emma

avatar

Féminin Nombre de messages : 3845
Date d'inscription : 08/12/2008

MessageSujet: Re: Le Club des Cinéphiles   12/9/2010, 22:31

Tarantino accusé d'avoir favorisé ses amis au palmarès de Venise



http://www.lepoint.fr/tarantino-accuse-d-avoir-favorise-ses-amis-au-palmares-de-venise-12-09-2010-1235398_19.php

Le président du jury de la 67e Mostra de Venise, Quentin Tarantino, a été accusé par certains de favoritisme, dimanche, au lendemain de l'attribution du Lion d'or au film "Somewhere" de Sofia Coppola, son ancienne compagne. Autre ami et mentor de Tarantino, le réalisateur américain Monte Hellman, en compétition avec "Road to Nowhere", a reçu un prix spécial pour l'ensemble de sa carrière. Quant au film espagnol "Balada Triste de Trompeta", qui a valu à Alex de la Iglesia le prix spécial de la mise en scène et celui du meilleur scénario, il avait été éreinté par les critiques présentés au Lido pendant la Mostra. Si l'on ajoute à cela que les films italiens n'ont absolument rien obtenu et que l'acteur Vincent Gallo, qui ne dit pas un mot dans "Essential Kiling", repart avec le prix d'interprétation masculine, la cérémonie de clôture samedi soir a été l'une des plus surprenantes depuis bien des années. Tarantino s'est empressé de rejeter toute idée de favoritisme. Certains des films ou acteurs les plus appréciés de la compétition ont été oubliés du palmarès.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
emma

avatar

Féminin Nombre de messages : 3845
Date d'inscription : 08/12/2008

MessageSujet: Re: Le Club des Cinéphiles   24/9/2010, 22:24

Le ciné-concert, seconde jeunesse du cinéma muet



Le Collège des Bernardins, à Paris, accueille samedi 25 septembre le pianiste, compositeur et improvisateur Thierry Escaich qui accompagnera la projection du chef-d’œuvre de Dreyer, «La Passion de Jeanne d’Arc»

http://www.la-croix.com/Le-cine-concert-seconde-jeunesse-du-cinema-muet/article/2440257/5548

Les images muettes ne sont pas silencieuses : elles parlent, elles hurlent, elles rient parfois. Dans la salle éclairée d’une lumière tamisée, le pianiste est le premier spectateur du film. Habité par l’histoire, il improvise au gré de ses émotions. Chaque plan, chaque ombre se transforme en image sonore. En France, le cinéma muet est revenu au goût du jour. Oublié le fameux «effet Charlot» qui nous donnait l’impression de visionner les images en accéléré. Depuis une vingtaine d’années, la technique de projection permet de diffuser les images à vitesse normale. Au-delà des machines, cinéphiles passionnés et musiciens de renom ont redonné ses lettres de noblesse au cinéma muet, à travers un genre en vogue : le ciné-concert. Orchestres, ensembles ou solistes s’invitent dans la salle obscure et accompagnent les films en temps réel. La Cinémathèque française, le cinéma Le Balzac, le Louvre, le Musée d’Orsay et bien d’autres, programment chaque année des dizaines de ciné-concerts. Sous cette démarche artistique se cache bien sûr une démarche patrimoniale, celle de faire revivre les trésors hérités de l’aube du cinéma. Chaque pianiste a sa manière d’aborder le film. Les uns connaissent chaque détail, les autres se sont contentés d’un simple visionnage pour conserver leur spontanéité lors de la représentation. L’improvisateur doit avoir cette capacité à évoluer, à varier les effets psychologiques de la musique pour peindre des décors sonores et lancer des moteurs rythmiques. Si le film joue de digressions successives (flash-back, mises en abîme, etc.), le rôle du pianiste est de lui donner un caractère implacable, un fil directeur qui ne se limite pas à la simple paraphrase. Il travaille dans la fusion et non dans la juxtaposition. Cinéphiles, musiciens et simples curieux de tous les âges, le ciné-concert séduit un public très large.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OmbreBlanche

avatar

Masculin Nombre de messages : 11154
Age : 43
Localisation : Nord Franche-Comté (25)
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: Re: Le Club des Cinéphiles   11/1/2012, 19:18

Citation :
Avec "J. Edgar", Clint Eastwood s'attaque à une figure controversée de la police américaine

De 20minutes.fr

Eastwood face à une figure controversée...



L'un est le fondateur du FBI, l'autre l'incarnation de l'inspecteur Harry, justicier moderne aux méthodes musclées. Quand une icône d'Hollywood évoque une figure controversée de l'histoire de son pays, cela donne J. Edgar, biopic en forme de choc des titans sur la rencontre entre deux figures de l'autorité american style.

Un film miroir fascinant

On comprend très vite ce qui a intéressé le réalisateur chez Hoover, esprit retors et homosexuel de placard. Hoover avait des allures de dangereux enfant gâté, rêvant de gloire médiatique et de pouvoirs illimités. Loin de livrer une hagiographie, Eastwood s'interroge douloureusement sur ce qui reste d'une vie bien remplie (quarante-huit ans de service avec huit présidents différents), ses victoires et ses erreurs. En ce sens, J. Edgar Hoover, c'est un peu lui, star pétrie de contradictions, autocrate à ses heures, attachante à défaut d'être sympathique. Les caprices du «grand homme», incapable de partager avec ses subordonnés, maltraitant son entourage pour passer ses nerfs, ne sont pas sans rappeler ceux qu'on prête aux comédiens adulés.

Depuis Gran Torino (2008), Clint Eastwood repense ses choix personnels et s'interroge sur la spiritualité (Au-delà). Ces réflexions de cinéaste parvenu à l'heure du bilan hantent un film mortifère dans lequel DiCaprio campe son alter ego. Si son maquillage de vieillard n'est pas toujours convaincant, cela ne nuit pas à l'émotion exsudant d'une œuvre, où Armie Hammer emporte le morceau en compagnon souffre-douleur du héros. La peine sourde d'un personnage pris dans l'engrenage qu'il a lui-même créé trouve sans doute un écho chez Eastwood, chevalier du 7e art au crépuscule de sa carrière.

La bande-annonce (en version originale sous-titrée):


> Il y a peu de films à ma connaissance qui prennent pour thème la figure du flic le plus détesté des Etats-Unis, à savoir John Edgar Hoover, celui qui "fichait" tout le monde.

Pourtant, l'étude d'un tel personnage est crucial pour qui veut comprendre l'histoire américaine.

Un film à voir. Pour se forger son opinion.

Je vais certainement aller le voir ce week-end.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ump25.probb.fr/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Club des Cinéphiles   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Club des Cinéphiles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Libres Propos :: GÉNÉRAL-
Sauter vers: