Libres Propos
Frappez, entrez et soyez bienvenu !



Bienvenu Invité, sur le forum Libres Propos
AccueilPortailGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le monde se mobilise contre Donald Trump

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 7 ... 14  Suivant
AuteurMessage
OmbreBlanche

avatar

Masculin Nombre de messages : 11120
Age : 43
Localisation : Nord Franche-Comté (25)
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: Le monde se mobilise contre Donald Trump   5/4/2016, 20:20


Il traite les Mexicains de violeurs et les femmes de “bimbos” ou de “grosses truies.” Il a promis de faire fermer les mosquées, de tenir un registre des musulmans et de confiner les enfants d'immigrants illégaux.

Selon un récent rapport, le discours de haine de Donald Trump, personnalité politique aux États-Unis, pourrait menacer notre sécurité collective partout dans le monde. Trop, c'est trop! Une lettre ouverte est en train de faire le tour de la planète: signez-la en un clic et faites entendre votre voix contre les incitations à la haine de Trump. Une fois que nous aurons atteint les 2 millions de signatures, elle sera publiée dans des journaux du monde entier:


Arrow https://secure.avaaz.org/fr/deartrump/?cArbKdb
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ump25.probb.fr/forum.htm
kalawasa

avatar

Masculin Nombre de messages : 9487
Localisation : En haut à droite
Date d'inscription : 29/12/2012

MessageSujet: Re: Le monde se mobilise contre Donald Trump   5/4/2016, 21:31

Je suis de plus en plus persuadé que Trump ne veut pas devenir président, mais qu'il profite de la campagne pour se créer une image auprès de sa clientèle qui n'est composée ni de noirs, ni de chicanos .

L'avis de Sylvette serait intéressant...


(Il parait que sa campagne lui rapporte même de l'argent )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charly

avatar

Masculin Nombre de messages : 23030
Localisation : belgique
Date d'inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Le monde se mobilise contre Donald Trump   5/4/2016, 22:08

@OmbreBlanche a écrit:


Il traite les Mexicains de violeurs et les femmes de “bimbos” ou de “grosses truies.” Il a promis de faire fermer les mosquées, de tenir un registre des musulmans et de confiner les enfants d'immigrants illégaux.

Selon un récent rapport, le discours de haine de Donald Trump, personnalité politique aux États-Unis, pourrait menacer notre sécurité collective partout dans le monde. Trop, c'est trop! Une lettre ouverte est en train de faire le tour de la planète: signez-la en un clic et faites entendre votre voix contre les incitations à la haine de Trump. Une fois que nous aurons atteint les 2 millions de signatures, elle sera publiée dans des journaux du monde entier:
Arrow https://secure.avaaz.org/fr/deartrump/?cArbKdb
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marieden

avatar

Féminin Nombre de messages : 5188
Age : 16
Date d'inscription : 03/12/2014

MessageSujet: Re: Le monde se mobilise contre Donald Trump   5/4/2016, 22:19

@kalawasa a écrit:
Je suis de plus en plus persuadé que Trump ne veut pas devenir président, mais qu'il profite de la campagne pour se créer une image auprès de sa clientèle qui n'est composée ni de noirs, ni de chicanos .

L'avis de Sylvette serait intéressant...


(Il parait que sa campagne lui rapporte même de l'argent )


je pense que Sylvette ne suit pas trop la politique en ce moment, elle est très occupée comme garde-malade Sad


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Biloulou

avatar

Masculin Nombre de messages : 54566
Localisation : Jardins suspendus sur la Woluwe - Belgique
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Le monde se mobilise contre Donald Trump   6/4/2016, 08:16

@Marieden a écrit:
je pense que Sylvette ne suit pas trop la politique en ce moment, elle est très occupée comme garde-malade Sad

Bonjour Marieden ! sunny

Si vous pouviez m'en dire un peu plus, dans la mesure de l'indispensable discrétion, par MP ou mail... Neutral
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marieden

avatar

Féminin Nombre de messages : 5188
Age : 16
Date d'inscription : 03/12/2014

MessageSujet: Re: Le monde se mobilise contre Donald Trump   6/4/2016, 08:45

ok
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Biloulou

avatar

Masculin Nombre de messages : 54566
Localisation : Jardins suspendus sur la Woluwe - Belgique
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Le monde se mobilise contre Donald Trump   7/4/2016, 08:34




Je  n'ai pas pu résister au plaisir de céder à la tentation de vous confier (sous le manteau) cette interview... Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Biloulou

avatar

Masculin Nombre de messages : 54566
Localisation : Jardins suspendus sur la Woluwe - Belgique
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Le monde se mobilise contre Donald Trump   17/4/2016, 20:41

Vous ne connaissez pas le général James Mattis ? Un mouvement secret révolté par la primaire républicaine pourrait pourtant le faire entrer à la Maison Blanche
(Atlantico.fr - le 12 Avril 2016)





Les conservateurs américains sont en panique absolue face au déroulement de la primaire du Parti républicain. Ils voient en Donald Trump un fasciste doublé d'un hérétique, qui tue une à une les vaches sacrées du parti. Si Ted Cruz, son principal challenger, est idéologiquement dans la ligne du parti, il est haï par la plupart de ses cadres tant il a passé sa carrière à attaquer ses collègues. L'idée que l'un ou l'autre soit le nominé du parti, voire le président, terrifie de nombreux conservateurs.

Le sénateur de Caroline du Sud, Lindsey Graham, a résumé l'attitude des républicains envers Cruz avec cette blague : "Si vous assassiniez Ted Cruz dans l'hémicycle du Sénat, et que le Sénat était le tribunal, personne ne serait condamné."

Dernier symptôme de cette panique ? Une campagne semi-secrète (sur laquelle des indiscrétions fuitent depuis des semaines dans les médias de droite et qui a reçu récemment une enquête du Daily Beast) pour monter une campagne dont le candidat serait un obscur général, James Mattis.

Mad Dog on the line

Qui est James Mattis ? Il vous suffit probablement de savoir que ce général des Marines à la retraite est surnommé "Mad Dog" pour vous faire une idée du personnage.

Après des guerres en Irak et en Afghanistan où la plupart des généraux américains ne se sont pas couverts de gloire, notamment par leur approche bureaucratique, Mattis est de ceux qui ont obtenu le respect de tous. Dans une guerre où beaucoup de généraux dirigeaient depuis leurs bureaux, il n'était pas inhabituel de le trouver au front au milieu de la nuit, avec les troupes. Il a fini sa carrière comme dirigeant de USCENTCOM, la zone géographique militaire américaine qui comprend le Moyen-Orient et l'Asie centrale – autrement dit, les guerres en Irak et en Afghanistan – de 2010 à 2013.

Il est également surnommé "le moine-guerrier" – célibataire et sans enfants, il a consacré toute sa vie à la guerre et à l'étude de la guerre. Intellectuel, notamment féru d'histoire, il a une bibliothèque personnelle de plus de 7000 ouvrages et relit Marc-Aurèle sur le champ de bataille. Il donnait des listes de livres à lire à ses subordonnés, y compris les caporaux, dont des livres sur l'histoire de l'Irak et de l'Afghanistan, ou sur l'histoire de l'Islam.

Mattis est également connu pour ses phrases "salées". Juste après l'invasion et la capitulation de l'Irak, il rencontre des homologues de l'armée irakiennes, et déclare : "J'arrive en paix. Je n'ai pas apporté d'armes. Mais je vous supplie,  les larmes dans les yeux : si vous me baisez, je vous tuerai tous."

Sur la guerre en Afghanistan, il avait déclaré une fois (Note de Biloulou : non, ce n'est pas un Belge) : "Vous savez, vous débarquez en Afghanistan, et vous avez des mecs, ça fait cinq ans qu'ils tabassent leurs femmes parce qu'elles ne veulent pas mettre de voile. Des mecs comme ça ne sont pas des vrais hommes. Donc c'est vraiment très rigolo de leur tirer dessus. En fait, c'est très sympa de se battre. C'est très marrant. C'est sympa de tirer sur des gens. Je vais être honnête avec vous, j'aime me battre."

Bref, on voit le genre.

Le président Mattis : le scénario improbable

Tout ça fait peut être un personnage, mais pas forcément un président. De quoi parle-t-on ?

Selon The Daily Beast, une poignée de riches donateurs conservateurs, y compris des "milliardaires", aurait échafaudé un "plan B" au cas où Donald Trump emporterait la nomination du Parti républicain, de faire une campagne de tiers parti pour Mattis.

L'idée serait la suivante : de provoquer un match nul dans l'élection. Dans la Constitution américaine, le président n'est pas élu directement par le peuple, mais par le Collège électoral des états – et si aucun candidat n'obtient une majorité absolue du collège électoral, c'est la Chambre des représentants qui choisit le président. Un scénario qui ne s'est produit qu'une fois dans l'histoire américaine.

L'idée serait que Mattis, avec son profil non-partisan et non-idéologique, pourrait voler assez d'états à Trump et Hillary à la fois pour empêcher chacun candidats d'atteindre les 270 votes nécessaires dans le Collège électoral. La Chambre des représentants, de majorité républicaine mais anti-Trump, lui donnerait la Maison-blanche.

Ces riches donateurs auraient déjà rassemblé le squelette d'une équipe de campagne pour explorer l'idée, et inciter Mattis de se lancer dans une campagne-suicide — ce qui, après tout, ne serait pas forcément pour déplaire à un Marine.

Car il s'agirait vraisemblablement d'une campagne-suicide. Il faudrait monter une infrastructure de campagne, inscrire le candidat sur les listes électorales dans les 50 états, ou presque, lever l'argent…et réussir non seulement à gagner des voix mais à l'emporter dans assez d'états pour empêcher les deux autres candidats de gagner. Et le tout avec un néophyte politique qui, pour l'instant, reste complètement muet sur la situation.

Si quelques commentateurs à droite ont accueilli favorablement l'idée, et s'il est certain que, comme le dit le stratège républicain Rick Wilson, "le thème de 2016 est que l'improbable se produit", il faut plus voir cette tentative à la Don Quichotte comme un symptôme de la panique totale (et justifiée) des élites républicaines face à l'autodestruction de leur parti que comme une réelle possibilité.

Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/ne-connaissez-pas-general-james-mattis-mouvement-secret-revolte-primaire-republicaine-pourrait-pourtant-faire-entrer-maison-2659617.html#lxZimVvJlM3fReAb.99
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Biloulou

avatar

Masculin Nombre de messages : 54566
Localisation : Jardins suspendus sur la Woluwe - Belgique
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Le monde se mobilise contre Donald Trump   5/5/2016, 22:15

Donald Trump, ce bug dans la matrice des campagnes électorales : comment le candidat républicain a-t-il pu déjouer à ce point tous les pronostics (et un tel scénario est-il imaginable en France) ?
(Atlantico - Publié le 5 Mai 2016)





Il y a encore dix mois, les médias le considéraient comme un clown. Aujourd'hui, le multi-milliardaire est presque assuré de représenter le parti Républicain à la présidentielle américaine. Rejet de l'establishment, stagnation des salaires et sentiment de déperdition de l'identité américaine ont formé un contexte favorable à son ascension, que n'ont pas relevé la majeure partie des observateurs politiques.

Atlantico : En juin 2015, Donald Trump annonçait sa candidature aux primaires du parti républicain pour l'élection présidentielle de 2016. Au départ considérée comme une candidature marginale, l'ascension de Trump n'a cessé de défier les pronostics des différents politologues. Avec le recul, et alors que Donald Trump a franchi la barre des 1 000 délégués avec l'Indiana, quels sont les éléments qui permettent de comprendre ce "cygne noir" (phénomène imprévisible) de la politique américaine ?

Yannick Mireur : Outre une confortable avance en termes de délégués, Donald Trump reste le favori dans le camp républicain, à plus de quinze points loin devant Cruz, qui s’est maintenant retiré. L’écart dans l’opinion des sympathisants est nettement moins important du côté démocrate, confirmant le manque d’enthousiasme qui entoure Clinton, mais son avance est désormais imbattable pour Sanders en terme de délégués (2151 contre 1361, pour un seuil fatidique d’investiture de 2383). Clinton devance Trump au plan national, mais pas d’une distance permettant de penser que la Maison Blanche soit hors de portée pour le New Yorkais, même si cette hypothèse paraît intuitivement lointaine. En bref, une élection de Clinton par défaut semble le plus plausible, mais à condition de ne pas répéter l’erreur de l’alliance Cruz-Kasich qui a eu un effet boomerang terrible : donner l’impression de se coaliser pour voler la victoire au candidat du peuple (près de 60% des sympathisants républicains de l’Indiana disaient ne pas approuver l’alliance anti-Donald).

Car c’est bien là la raison du phénomène Trump, du cygne noir de cette candidature de folklore qui finit par s’imposer. La dérive de la politique américaine depuis 20 ans, depuis Bill Clinton et la "troisième voie", a abouti à un discrédit complet. Le manque d’autorité d’Obama, qui restera sans doute dans l’histoire de son mandat, n’a fait qu’enfoncer le clou un peu plus. Parallèlement, la déshérence du parti républicain, en perte complète de balises idéologiques et programmatiques, pris en otage par l’insurrection tea-partiste et amoché par la calamiteuse opération irakienne, a fait le reste. La polarisation de la vie politique washingtonienne, aggravée par l’obstructionnisme des républicains à la Chambre, a nourri un climat délétère que la détestation d’Obama par une partie des sympathisants républicains n’a pas contribué à enrayer. Quand donc une rupture décisive peut-elle briser les lignes et ouvrir une brèche dans ce bipartisme infécond, où rien n’est possible sans recours aux presidential orders (sorte d’équivalent de notre 49-3), puisque l’acrimonie au Congrès ne permet plus de concilier les partis.  

Lorsque Trump se lance, ce qu’on ne peut prévoir, c’est qu’il EST la rupture. Face à des candidats sans inspiration, le taureau de Manhattan renverse tout et parle au peuple, qui lève un sourcil, puis la tête. Enfin ! Un Américain, un vrai, pas un politicien de Washington, ni un crâne d’oeuf sorti d’Harvard ou de Darmouth (pas un énarque surprotégé par son statut, et qui n’a jamais vraiment gagné sa vie, dirions-nous en France). Ce phénomène-ci est imprévisible malgré les signaux sourds donnés depuis que les salaires des classes moyenne et ouvrière stagnent, c’est-à-dire depuis les années 1980. Mais à l’époque, la relance reaganienne avait donné un nouveau souffle à une économie en plein enlisement.

Jean-Eric Branaa : La première explication se trouve dans la "colère" des Républicains : la crise a été trop longue et les Américains veulent retrouver leur niveau de vie d’avant 2007. Or, si l’économie américaine est redémarrée, avec notamment un chômage qui se situe aujourd’hui à 4,9%, la réalité reste difficile pour la plupart des gens. Le salaire minimum est toujours à $7,25 et le salaire moyen autour de $9 de l’heure. Cette situation ressentie est aggravée par les multiples annonces, à la télévision ou dans les journaux, de réussites diverses ou, en particulier, par le fait que les millionnaires n’ont jamais été aussi nombreux qu’aujourd’hui aux Etats-Unis.

Le populisme de Trump a également souvent été mis en avant pour expliquer ce phénomène. Bien sûr, c’est une réalité au sens qu’il joue le peuple contre les élites mais, aux Etats-Unis, tous les hommes politiques sont un peu populistes. La "valeur ajoutée" de Donald Trump, c'est sa démagogie. Il écoute ce qu'il se dit autour de lui et va dans le sens du vent.

Cette dimension, associée à un rejet de la part de tous les autres candidats, a conduit à la création d’un socle fort et solide : face au "Tous contre lui", les électeurs qui ont suivi Trump sont tombés dans un phénomène d’identification et de transfert et se sont fortement liés à leur choix de vote.

A cela s’ajoute enfin le rôle des médias, qui ont sous-estimé cette candidature, l’ont moquée et ont voulu la marginaliser. Cela a renforcé ce bloc autour du candidat. Il est évident que Trump ne correspondait pas à ce que les rédactions étaient prêtes à accepter. Les électeurs de Trump ont à leur tour rejeté ce choix qu’on voulait leur imposer par défaut. Trump a su jouer de cet avantage en entretenant de son côté une guerre contre les médias.

Écarts de revenus grandissants entre classes aisées et peu-qualifiés, insécurité culturelle, angoisses liées à la mondialisation... Ces différents symptômes ont ils été sous-évaluées ? Donald Trump a-t-il su percevoir des signaux faibles qui se sont avérés structurants pour l'électorat américain ?

Yannick Mireur : Depuis la révolution libérale de Reagan, la libéralisation notamment de l’industrie financière, qui a ouvert la voie aux produits dérivés sous Bill Clinton et Robert Rubin, a créé les conditions des secousses de 2007-2008 que les Américains appellent la Grande Récession. Il eut fallu au contraire corriger certains excès possibles par la régulation. Or, les écarts de richesse se sont creusés.

Reagan avait déjà gagné les cœurs des milieux ouvriers traditionnellement démocrates. Le discours de Trump touche lui aussi ces Reagan Democrats qui n’ont pas le "feeling" pour Hillary. Car la gauche progressiste qu’incarnent les Clinton a trahi la classe ouvrière, selon un point de vue assz répandu dans les classes populaires. Cette gauche est assimilée par beaucoup à la gauche caviar des grandes écoles, au discours social mais aux politiques pro-business. Que cette perception soit juste ou fausse, elle repose sur un malaise que Trump a saisi. Son profil d’outsider et son franc-parler apportent l’oxygène que Sanders ne peut apporter qu’à un cercle restreint de démocrates de toujours, mais qu’un Trump a l’envergure nécessaire pour partager bien au-delà.

Son discours anti-libre échange est emblématique d’une rupture avec les politiques menées par les gouvernements républicains ou démocrates, alors que le représentant des affaires qu’il est en théorie - en théorie seulement -, devrait plutôt soutenir l’ouverture au commerce. Mais Trump est américano-américain. Comme Bush Jr. Le monde extérieur n’est pas le sien et il n’est pas un intellectuel comme Obama ou Clinton, ou la génération de Bush père. Et pour surfer sur la vague du mécontentement et de la frustration, il est plus simple de dénoncer le libre-échange et les Chinois que d’expliquer l’impact des innovations technologiques, et d’annoncer que l’Amérique des grands groupes manufacturiers ne ressemblera plus à l’âge d’or des années 1950-60.

Les Américains sont las de la politique. Le malaise d’une grande partie de la population s’accompagne d’une anxiété existentielle sur le projet américain et l’identité culturelle, et Trump réanime un discours d’authenticité américaine que trop de politiquement correct a éteint. Or, tous les peuples ont besoin d’une flamme. C’est cela, au fond, qui couvait, et Trump est celui qui l’a rallumée.

Jean-Eric Branaa :
Oui, tous ces éléments ont été totalement sous-évalués, pas uniquement chez les républicains d’ailleurs. Le phénomène Sanders relèvent de la même erreur d’analyse de la part de l’équipe Clinton.

La grande force du candidat Trump est d’avoir parié sur un positionnement différent, tendant la main à cette Amérique qui souffre. La demande du parti était très différente, dans une prise en compte du changement démographique qui est évident et dans l’espoir d’élargir la base du parti en y intégrant certaines des communautés qui comptent de plus en plus, notamment les hispaniques. C’est à ce prix que les cadres des républicains espèrent remettre le parti dans une stratégie de victoire pour les futures échéances. Toutefois, l’attente de la base qui a toujours soutenu le parti est très différente et Donald Trump a pris le temps de les écouter, ou a su les entendre. On aurait dû voir ces signes dans le phénomène des Tea Parties qui ont été particulièrement actifs et n’ont pas hésité à créer des conflits forts avec le pouvoir, conduisant même à un shutdown en 2013. Leur détermination aurait dû en alerter plus d’un.

Comment démocrates et républicains devront-ils intégrer la possibilité qu'une candidature aussi imprévisible que celle de Donald Trump puisse remporter l'adhésion de leurs électeurs ?

Yannick Mireur : La parti républicain est désaxé depuis Bush Jr et le Tea Party. Une défaite cuisante aux présidentielles, et surtout aux législatives qui suivront, pourrait être le signal. Mais une élection de Trump obligerait avec la même force à élaborer une direction programmatique. L’attitude du jeune président de la Chambre, Paul Ryan, homme de dossier et de conviction, sera très intéressante à ce titre.

Côté démocrate, Clinton a de quoi muscler son message car Trump tapera fort. Trouver le moyen de le contrer est la première priorité qui lui incombe, en même temps que se concilier les bones grâces de Sanders lors de la convention de juillet.

Jean-Eric Branaa : Il y a une grande part de l’électorat américain qui demande à être entendue, car elle considère que la parole politique et ceux qui l’incarnent n’ont plus de valeur. Cette révolution est amplifiée à l’heure d’Internet et des réseaux sociaux. Aujourd’hui, le choix se fait par une discussion qui n’est plus verticale mais qui a tendance à être de plus en plus horizontale, échappant ainsi au contrôle du parti qui semble même être un frein. La seule possibilité pour les partis est de renforcer les règles qui amplifient le contrôle par l’establishment, le risque étant que les électeurs se détournent de cette forme de représentation et réclament une démocratie plus directe. Ou alors, ils devront se tourner vers une nouvelle forme de gouvernance. Pour l’instant, ils font le choix de se protéger et de pérenniser leur existence et le fonctionnement qui est hérité du passé. Cela prend notamment la forme des supers-délégués qui font tellement débat au parti démocrate, mais que l’on retrouvera peut-être dans 4 ans, avec une forte influence, au sein du parti républicain.

Dans le cas de la France, un tel phénomène de "cygne noir" est-il envisageable ? En quoi la vie démocratique française pourrait-elle être vulnérable à un candidat parvenant à déstructurer les forces établies ?

Yannick Mireur : Beaucoup des forces sous-jacentes et de la lassitude qui expliquent Trump se retrouvent en France et dans les autres démocraties industrielles, mais la France ressemble peut-être plus aux Etats-Unis que les voisins européens à cet égard. Toute proportion gardée, car l’Amérique a une culture si singulière qu’il faut beaucoup de temps pour prétendre la comprendre, la France montre des signes comparables. On pense évidemment à Marine Le Pen. Le manque d’autorité d’Obama peut se comparer à celui de M. Hollande. L’absence d’enthousiasme suscité par les candidats à la candidature à droite amène à comparer la possible désignation de Clinton à défaut de mieux à celle de M. Juppé comme étant la plus raisonnable. L’oscillation de l’extraordinaire n’est pas aussi intense en France et en Europe qu’aux Etats-Unis, qui découvrent ce que l’on taxe trop facilement de populisme en grossissant les traits d’un Trump qui s’y prête merveilleusement. L’overdose d’immobilisme, et la fébrilité face à la réforme, laissent une passe étroite à ceux censés naviguer au milieu des écueils que réserve la versatilité de l’opinion.

L’histoire du XXe siècle fait que les Français sont plus alertés contre les dangers de l’emportement. Les Américains vivent dans un pays-continent, ce qui affecte leurs représentations d’eux-mêmes et du monde extérieur.  L’ancre de gravité politique en France et le système représentatif semblent faire contrepoids aux possibles amplitudes de l’élection présidentielle. La crédibilité, c’est-à-dire la capacité à diriger appuyé sur une majorité, restent un enjeu pour les candidats hors-normes. Cela vaut pour ceux qui s’identifient comme hors-système (Le Pen), comme pour ceux qui en sont issus (Macron). Un phénomène Trump ne se produira pas en France à la même heure ni sous la même forme, pas plus qu’un phénomène Obama.

Jean-Eric Branaa : Il n’y a pas de raison pour que la France soit immunisée contre quoi que soit. Il me semble cependant que la vie politique française a déjà mis un certain nombre de verrous pour empêcher l’émergence de ce type de phénomène. Les primaires imaginées dans notre pays par la droite et le centre, par exemple, requièrent l’obtention de parrainages de parlementaires, en plus de ceux d’élus locaux et de citoyens. C’est un blocage évident pour prévenir des candidatures qui ne seraient pas légitimées par un réseau puissant contrôlé par l’establishment. De plus, il y a déjà, en France, des candidats et des partis qui captent la colère d’une grande partie de l’électorat : notre système n’est pas binaire comme aux Etats-Unis. Toutefois, on peut observer le même phénomène de la montée d’une demande de prise en compte d’une voix différente et rien n’exclut donc que les citoyens ne décideront pas, un jour, de voter pour un candidat qui ne sera pas issu des circuits politiques traditionnels. Emmanuel Macron semble assez bien correspondre à ce type d’attente. Il pourrait également s’agir d’un candidat issu d’un mouvement citoyen, ou quelqu’un qui aurait un positionnement transversal.

Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/donald-trump-bug-dans-matrice-campagnes-electorales-comment-candidat-republicain-t-pu-dejouer-point-tous-pronostics-et-tel-2687881.html#tiy5AQFtAUCucMpb.99
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Younes bis



Masculin Nombre de messages : 1346
Date d'inscription : 18/12/2015

MessageSujet: Re: Le monde se mobilise contre Donald Trump   5/5/2016, 22:55

Citation :
Donald Trump : « Mais, vous savez, j’estime que le mieux que j’ai à faire est de dire la vérité. Par exemple, je dis la vérité à propos de l’Irak. Je dis que cette guerre a été une catastrophe. Nous avons dépensé 2 000, 3 000 milliards de dollars, perdu des milliers de vies, des milliers de vies ! Nous avons des soldats blessés partout. Moi, je les aime – ces gars-là ont plus de courage que nous tous mis ensemble, je dois vous le dire. Nous tous !

Et je dis que nous n’aurions jamais dû aller là-bas et vous savez, si Bush se sent insulté par ça, eh bien je m’en moque. Cela fait quelle différence? Ce fut une terrible erreur, nous n’aurions jamais dû aller là. Et quand on me dit : “Ce n’est pas bon de critiquer !”, je réponds : “Critiquer ? Mais il s’agit de l’une des pires décisions de l’histoire de notre pays. Regardez. Nous avons totalement déstabilisé le Moyen-Orient, ce que j’avais prédit. On devrait reconnaitre ma vision parce que j’ai prédit que cela allait arriver, parce que quand vous avez frappé une puissance régionale, l’autre a pris la relève.

Maintenant, l’Iran est en train de reprendre l’Irak, aussi sûrement que vous êtes assis là. Nous n’avons même plus rien à voir avec l’Irak. Nous sommes partis. Mais pensez-y. Nous avons dépensé 2 000, 3000 milliards de dollars. Nous devons reconstruire notre pays, et nous aurions pu faire tellement de choses avec cet argent ! Et à la place, nous sommes dans une situation au Moyen-Orient pire qu’il y a 15 ans. Maintenant, c’est un désastre.

Saddam Hussein était un méchant. D’accord ? Un méchant. Mais vous savez à quoi il était bon ? À tuer des terroristes. Il était en train de tuer des terroristes. Maintenant, l’Irak est un refuge pour les terroristes. Si vous voulez devenir un terroriste, vous allez en Irak, vous serez bien accueilli. Et qu’avons-nous fait ? Avec tout cet argent dépensé, toutes ces vies perdues, tous ces guerriers blessés ? Qu’avons-nous obtenu ?



Citation :
Présentateur : « Vous avez dit une chose qui m’intrigue beaucoup. C’est à propos des 28 pages de la Commission parlementaire sur le 11 Septembre, qui n’ont jamais été publiées. J’ai eu l’impression que vous saviez des choses que nous ne savions peut-être pas…

Je pense que, si vous les publiez, vous y trouverez que l’Arabie Saoudite a beaucoup à voir avec l’attaque du World Trade Center.

Les publierez-vous si vous devenez Président ? »

Donald Trump :
« Oh oui, je les publierai. Je me répète : nous avons attaqué l’Irak, mais l’Irak n’a pas détruit le World Trade Center. Quand vous publierez ces pages, vous trouverez qui l’a fait ! »


A 4mn20 spéciale dédicace à Biloulou!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Biloulou

avatar

Masculin Nombre de messages : 54566
Localisation : Jardins suspendus sur la Woluwe - Belgique
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Le monde se mobilise contre Donald Trump   6/5/2016, 09:04

@Younes bis a écrit:
Citation :
Donald Trump : « Mais, vous savez, j’estime que le mieux que j’ai à faire est de dire la vérité. Par exemple, je dis la vérité à propos de l’Irak. Je dis que cette guerre a été une catastrophe. Nous avons dépensé 2 000, 3 000 milliards de dollars, perdu des milliers de vies, des milliers de vies ! Nous avons des soldats blessés partout. Moi, je les aime – ces gars-là ont plus de courage que nous tous mis ensemble, je dois vous le dire. Nous tous !
Et je dis que nous n’aurions jamais dû aller là-bas et vous savez, si Bush se sent insulté par ça, eh bien je m’en moque. Cela fait quelle différence? Ce fut une terrible erreur, nous n’aurions jamais dû aller là. Et quand on me dit : “Ce n’est pas bon de critiquer !”, je réponds : “Critiquer ? Mais il s’agit de l’une des pires décisions de l’histoire de notre pays. Regardez. Nous avons totalement déstabilisé le Moyen-Orient, ce que j’avais prédit. On devrait reconnaitre ma vision parce que j’ai prédit que cela allait arriver, parce que quand vous avez frappé une puissance régionale, l’autre a pris la relève.
Maintenant, l’Iran est en train de reprendre l’Irak, aussi sûrement que vous êtes assis là. Nous n’avons même plus rien à voir avec l’Irak. Nous sommes partis. Mais pensez-y. Nous avons dépensé 2 000, 3000 milliards de dollars. Nous devons reconstruire notre pays, et nous aurions pu faire tellement de choses avec cet argent ! Et à la place, nous sommes dans une situation au Moyen-Orient pire qu’il y a 15 ans. Maintenant, c’est un désastre.
Saddam Hussein était un méchant. D’accord ? Un méchant. Mais vous savez à quoi il était bon ? À tuer des terroristes. Il était en train de tuer des terroristes. Maintenant, l’Irak est un refuge pour les terroristes. Si vous voulez devenir un terroriste, vous allez en Irak, vous serez bien accueilli. Et qu’avons-nous fait ? Avec tout cet argent dépensé, toutes ces vies perdues, tous ces guerriers blessés ? Qu’avons-nous obtenu ?

Ce n'est pas totalement faux...
Ce qui est répréhensible c'est de ignorer les raisons de l'intervention en Irak : le refus de Saddam Hussein de respecter les conditions du cessez-le-feu de 1991, à savoir la destruction des armes à laquelle il s'était engagé. Et en ce sens l'intervention de 2003 en Irak a été un échec : elle n'avait pas pour finalité de savoir si l'Irak avait des ADM ou pas (ça on le savait) mais de déterminer ce que ces ADM étaient devenues. Et ça on l'a pas su et on ne le saura probablement jamais.
Pour le reste... oui, Barak Obama a eu tort de tracer une croix sur le calendrier de désengagement de son prédécesseur, l'excellent George Bush.

Citation :
Présentateur : « Vous avez dit une chose qui m’intrigue beaucoup. C’est à propos des 28 pages de la Commission parlementaire sur le 11 Septembre, qui n’ont jamais été publiées. J’ai eu l’impression que vous saviez des choses que nous ne savions peut-être pas…
Je pense que, si vous les publiez, vous y trouverez que l’Arabie Saoudite a beaucoup à voir avec l’attaque du World Trade Center.
Les publierez-vous si vous devenez Président ? »
Donald Trump : « Oh oui, je les publierai. Je me répète : nous avons attaqué l’Irak, mais l’Irak n’a pas détruit le World Trade Center. Quand vous publierez ces pages, vous trouverez qui l’a fait ! »

Mais... je n'ai jamais entendu dire que Ben Laden était irakien. Bien sûr, il était saoudien.

Citation :
A 4mn20 spéciale dédicace à Biloulou!

Ben oui, c'est ce qu'on a dit après-coup. Si on n'avait pu déterminer ce que les ADM étaient devenues, on aurait loué l'Administration Bush pour sa détermination...

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

C'est marrant, on n'arrête pas de démolir -enfin, de tenter- oncle Donald, mais quand il dit quelque chose qui va dans notre sens, le voilà soudain devenu une référence inconditionnelle ! Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Younes bis



Masculin Nombre de messages : 1346
Date d'inscription : 18/12/2015

MessageSujet: Re: Le monde se mobilise contre Donald Trump   6/5/2016, 10:20

Biloulou qui tente de cacher sa nudité! a écrit:
C'est marrant, on n'arrête pas de démolir -enfin, de tenter- oncle Donald, mais quand il dit quelque chose qui va dans notre sens, le voilà soudain devenu une référence inconditionnelle ! Laughing

Quand ai je dit que j'étais un inconditionnel de Trump ?
J'ai affirmer ici, bien avant de connaitre seulement l'existence de Trump que pour des gens rationnels  dépenser 3000 000 000 000 - ( lui il dit 4 000 000 000 000 ) de dollars pour arriver à ce résultat c'était de la folie furieuse ! Que si on avait payé des vacances à la population irakienne pendant un an  en la dispersant au 4 coins du monde  , pour le même prix le résultat aurait été sans aucun doute meilleur!

Trump dit le "roi est nu" , cela fait-il de lui un enfant innocent?
Biloulou vous avez l'art  de  retourner  ( enfin avec plus ou moins de réussite ) les fait!
L'inconditionnel d'un Trump qui mettrait un coup de pied dans la fourmilière c'est vous, vous  qui en même temps est la petite fourmis soldat fidèle défenseur de la fourmilière , jusqu'à l'absurde...enfin absurde du point de vu logique...résoudre certain petits problèmes de dissonance cognitive procure finalement à peu de frais des bénéfices secondaires conséquents ( si vous ne comprenez pas ce à quoi je fait allusion je vous expliquerais encore une fois )

https://fr.wikipedia.org/wiki/Dissonance_cognitive
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Biloulou

avatar

Masculin Nombre de messages : 54566
Localisation : Jardins suspendus sur la Woluwe - Belgique
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Le monde se mobilise contre Donald Trump   6/5/2016, 11:03

@Younes bis a écrit:
Biloulou qui tente de cacher sa nudité! a écrit:
C'est marrant, on n'arrête pas de démolir -enfin, de tenter- oncle Donald, mais quand il dit quelque chose qui va dans notre sens, le voilà soudain devenu une référence inconditionnelle ! Laughing

Quand ai je dit que j'étais un inconditionnel de Trump ? (...)

Bonjour Younes !

Jamais, que je sache.
Il y a une sacré différence entre être un inconditionnel de Trump et de promouvoir Trump référence inconditionnelle quand ses propos plaisent (sont utiles à la défense d'une cause).
Est-ce  cela la dissonance cognitive ? Wink

Tu sais, je ne suis pas un apôtre de Trump, moi, je garde le privilège d'arborer mes opinions, Trump et toi les vôtres... (Oh que je suis vilain, là !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Younes bis



Masculin Nombre de messages : 1346
Date d'inscription : 18/12/2015

MessageSujet: Re: Le monde se mobilise contre Donald Trump   15/5/2016, 11:10

Moi qui croyait qu'André  était en prison ( en fait plus exactement qu'il michetonnait a plein temps au fond d'un bouge thaïlandais pour payer ses dettes à l’église de scientologie ) . Je me demande si en fait il n'était  pas à la campagne mais en campagne! Sacré André!


Des nouvelles d'André ? :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mara-des-bois

avatar

Féminin Nombre de messages : 2174
Date d'inscription : 11/06/2015

MessageSujet: Re: Le monde se mobilise contre Donald Trump   15/5/2016, 12:05

@Biloulou a écrit:
@Younes bis a écrit:
Biloulou qui tente de cacher sa nudité! a écrit:
C'est marrant, on n'arrête pas de démolir -enfin, de tenter- oncle Donald, mais quand il dit quelque chose qui va dans notre sens, le voilà soudain devenu une référence inconditionnelle ! Laughing

Quand ai je dit que j'étais un inconditionnel de Trump ? (...)

Bonjour Younes !

Jamais, que je sache.
Il y a une sacré différence entre être un inconditionnel de Trump et de promouvoir Trump référence inconditionnelle quand ses propos plaisent (sont utiles à la défense d'une cause)


Mais arreeeete.
Tout le monde sait que dès qu'il s'agit des Zetazunis, tu es pret à valider la these de la cohabitation humains/dinosaures Very Happy

Bon j'exagere un peu, mais à peine. (La preuve, souviens toi, tu as defendu la coiffure de Trump...)


Mab -trouve que Trump est une agression permanente à l'intelligence-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Biloulou

avatar

Masculin Nombre de messages : 54566
Localisation : Jardins suspendus sur la Woluwe - Belgique
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Le monde se mobilise contre Donald Trump   15/5/2016, 12:16

@Mara-des-bois a écrit:
(...) Bon j'exagere un peu, mais à peine. (La preuve, souviens toi, tu as defendu la coiffure de Trump...) (...)

Même si par impossible c'était vrai, ça se justifierait par le blond vénitien de sa mèche ! Twisted Evil

Mab a écrit:
Tout le monde sait que dès qu'il s'agit des Zetazunis, tu es pret à valider la these de la cohabitation humains/dinosaures

C'est qu'on finirai par croire que je fais de l'oeil à Hillary, non mais !

(Pour les humains/dinosaures, on en aurait trouvé des dessins rupestres en Amérique du Sud... mais je ne certifie rien...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Younes bis



Masculin Nombre de messages : 1346
Date d'inscription : 18/12/2015

MessageSujet: Re: Le monde se mobilise contre Donald Trump   15/5/2016, 14:11

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mara-des-bois

avatar

Féminin Nombre de messages : 2174
Date d'inscription : 11/06/2015

MessageSujet: Re: Le monde se mobilise contre Donald Trump   15/5/2016, 16:20

@Younes bis a écrit:

Cette photo a d'evidence été retouchée.
Le Christ caressant un lezard, non mais et puis quoi encore...


Mab (par contre, c'est dingue, Jesus on le reconnait toujours)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EddieCochran

avatar

Masculin Nombre de messages : 12526
Age : 57
Localisation : Countat da Nissa
Date d'inscription : 03/11/2008

MessageSujet: Re: Le monde se mobilise contre Donald Trump   15/5/2016, 22:18

18 -

Mara-des-bois avé une candeur biblique (re)touchante a écrit:
@Younes bis a écrit:


Cette photo a d'evidence été retouchée.
Le Christ caressant un lezard, non mais et puis quoi encore...


Mab (par contre, c'est dingue, Jesus on le reconnait toujours)

Ce n'est pas le Djizeus, la créature qui sort son bronto le chevauche en amazone, il s'agit
de cette criss de Conchita Wurst (qui par contre ne doit pas rechigner à caresser le "lézard"*)...

* qu'en allemand l'on désigne parfois par Wurst.

_________________
Rockabilly Yours.
EddieCochran.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marieden

avatar

Féminin Nombre de messages : 5188
Age : 16
Date d'inscription : 03/12/2014

MessageSujet: Re: Le monde se mobilise contre Donald Trump   16/5/2016, 02:02

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mara-des-bois

avatar

Féminin Nombre de messages : 2174
Date d'inscription : 11/06/2015

MessageSujet: Re: Le monde se mobilise contre Donald Trump   16/5/2016, 09:29

Eddie, cachant un Playboy dans son missel, a écrit:


Ce n'est pas le Djizeus, la créature qui sort son bronto le chevauche en amazone, il s'agit
de cette criss de Conchita Wurst (qui par contre ne doit pas rechigner à caresser le "lézard"*)...


Homme de peu de foi...


Mab -Conchita en spartiates ? Pas assez de talon, voyons-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EddieCochran

avatar

Masculin Nombre de messages : 12526
Age : 57
Localisation : Countat da Nissa
Date d'inscription : 03/11/2008

MessageSujet: Re: Le monde se mobilise contre Donald Trump   5/6/2016, 20:16

21 -

Naldo Atout crée le buzz sous les kilts ! Sa visite en Ecosse prévue pour le 24 juin prochain fait tourner
vinaigre la stout et le scotch dans les estaminets des Hautes Terres :



Donald Trump UK visit: Mass protests planned for tycoon's trip to Scotland
By Paul Wright
June 2, 2016 15:57 BST


"Donald Trump will likely be welcomed by a barrage of protesters when he visits the UK later this month. 
The
 US presidential hopeful plans to fly into Scotland on 24 June to open his revamped golf course, 

Trump Turnberry.


Trump previously said it was "very exciting that one of the great resorts of the world, Turnberry, will be 
opening... after a massive £200m investment. I own it and I am very proud of it. I look forward to attending
 the official opening of this great development."


But his visit is likely to be dampened by a series of protests over controversial comments the billionaire 
tycoon has made during his presidential campaign. This includes a proposed ban on Muslims entering 
the US and that women should be punished for having abortions.


Several campaign groups have already called on their members to protest at Trump's golf course in
 Ayrshire on the day of its opening ceremony. This includes Stand Up to Racism, which has created 
a Facebook event page inviting thousands of its supporters to take part in its rally.


The anti-racism group, using the slogan "Stand Up to Trump", said: "As well as calling on a blanket ban 
on Muslims entering the US, Trump has a long history of racist outbursts. He has said 'laziness is a trait 
in blacks', described Mexican immigrants as 'criminals' and 'rapists', and condoned the beating of 
a Black Lives Matter activist at one of his rallies.


"Join the protest on June 24th to show that Donald Trump's brand of bigotry is not welcome in Scotland."


Efforts are also under way to bring together a "broad coalition" of campaign groups for a mass protest 
under the banner "Scotland Against Trump". The demonstration is being co-ordinated by Jonathan Shafi, 
a campaigner from left-wing alliance Rise who organised an occupation of Trump hotels earlier this year.


He told The Herald: "There will be a protest. The possibility of a Trump presidency is important for the
 world, not just for America."


He added: "Everywhere he goes he should be protested and these demonstrations should feature a 
broad coalition of everyone who is concerned about what a Trump presidency might mean – climate
 change activists, those interested in human rights, trade unionists and anti-racism campaigners, 
to name just a few."


The protest coalition will hold open meetings in the coming weeks to "bring together the broadest possible 
mobilisation against Trump reflecting the range of issues his possible presidency would bring to the fore".


Trump is no stranger to controversy in Scotland, where opinion is sharply divided on the tycoon's
 investments. He caused outrage in 2014 after comparing a wind farm development near one of 
his golf courses in Aberdeen to the 1988 Lockerbie terror bombing.


Since beginning his campaign to become the Republican US presidential candidate, he has drawn
 condemnation from both the UK and Scottish governments.


In December he was dropped as a business ambassador for Scotland by First Minister Nicola Sturgeon
 after Trump called for a "total and complete shutdown of Muslims entering the United States".


The comments triggered worldwide condemnation, including from Prime Minister David Cameron, who
 described them as "unhelpful, divisive and completely wrong". They also prompted a failed petition 
signed by almost 600,000 people to have Trump banned from entering the UK.


It is unlikely Cameron will meet the US presidential hopeful during his visit to the UK, given he will arrive
 the day after the UK's referendum on whether to leave the EU. A Scottish Government spokesperson 
said First Minister Nicola Sturgeon had no plans to meet Trump during his visit.""


>SOURCE ICI<


*********************
Je publie ceci en skakespearien, car dans 18 jours ce sera le Brexit et là out the english langage.

Je me demande si l'anglais restera alors encore la première langue de travail des institutions de l'U-E.
Ce sera peut-être l'angélique allemand...

_________________
Rockabilly Yours.
EddieCochran.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Biloulou

avatar

Masculin Nombre de messages : 54566
Localisation : Jardins suspendus sur la Woluwe - Belgique
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Le monde se mobilise contre Donald Trump   13/12/2016, 17:12

Présidentielle américaine: fin du recomptage dans le Wisconsin, Trump reste vainqueur
(BFMTV - A.Mi avec AFP - Il y a 4 heures)



© Fournis par BFMNews


Douze jours et près de trois millions de bulletins de vote recomptés plus tard, le républicain Donald Trump est toujours donné vainqueur de la présidentielle américaine dans le Wisconsin, ont annoncé ce lundi les autorités de cet ancien bastion démocrate.
    
La marge d'avance du républicain face à sa rivale démocrate Hillary Clinton s'est même creusée de plus d'une centaine de voix, jusqu'à dépasser 22.000 votes au total dans cet Etat du nord des Etats-Unis, selon les résultats officiels du recomptage. 
   
"Le résultat final du scrutin dans le Wisconsin est arrivé et devinez quoi. Nous venons de gagner 131 voix supplémentaires. Les démocrates et les Verts peuvent maintenant se reposer. Arnaque!", s'est réjoui Donald Trump sur Twitter.

Donald Trump a 100.000 voix d'avance dans trois Etats clés
Jill Stein avait lancé trois procédures pour obtenir le recomptage des voix dans trois Etats clés, le  Michigan, le Wisconsin et en Pennsylvanie, tous remportés par Donald Trump avec environ 100.000 voix d'avance au total (quelque 22.000 voix dans le Wisconsin, 70.000 en Pennsylvanie et 10.000 dans le Michigan).      
Compte tenu de ces marges, il était peu probable qu'un nouveau dépouillement ne change l'issue du scrutin, avait souligné l'équipe de campagne d'Hillary Clinton.     

"L'objectif de ce recomptage n'a jamais été de changer l'issue du vote, il s'agissait de valider le scrutin et de restaurer la confiance dans le système électoral auprès des Américains qui ont des doutes", a réagi l'écologiste dans un communiqué.
    
Pour financer cette initiative, Jill Stein avait lancé une souscription, collectant plus de sept millions de dollars.
___________________________________________________________________

Je me demande si nos médias seront très bavards à ce sujet...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charly

avatar

Masculin Nombre de messages : 23030
Localisation : belgique
Date d'inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Le monde se mobilise contre Donald Trump   13/12/2016, 17:44

@Biloulou a écrit:
Présidentielle américaine: fin du recomptage dans le Wisconsin, Trump reste vainqueur
(BFMTV - A.Mi avec AFP - Il y a 4 heures)


Douze jours et près de trois millions de bulletins de vote recomptés plus tard, le républicain Donald Trump est toujours donné vainqueur de la présidentielle américaine dans le Wisconsin, ont annoncé ce lundi les autorités de cet ancien bastion démocrate.
    
La marge d'avance du républicain face à sa rivale démocrate Hillary Clinton s'est même creusée de plus d'une centaine de voix, jusqu'à dépasser 22.000 votes au total dans cet Etat du nord des Etats-Unis, selon les résultats officiels du recomptage. 
   
"Le résultat final du scrutin dans le Wisconsin est arrivé et devinez quoi. Nous venons de gagner 131 voix supplémentaires. Les démocrates et les Verts peuvent maintenant se reposer. Arnaque!", s'est réjoui Donald Trump sur Twitter.

Donald Trump a 100.000 voix d'avance dans trois Etats clés
Jill Stein avait lancé trois procédures pour obtenir le recomptage des voix dans trois Etats clés, le  Michigan, le Wisconsin et en Pennsylvanie, tous remportés par Donald Trump avec environ 100.000 voix d'avance au total (quelque 22.000 voix dans le Wisconsin, 70.000 en Pennsylvanie et 10.000 dans le Michigan).      
Compte tenu de ces marges, il était peu probable qu'un nouveau dépouillement ne change l'issue du scrutin, avait souligné l'équipe de campagne d'Hillary Clinton.     

"L'objectif de ce recomptage n'a jamais été de changer l'issue du vote, il s'agissait de valider le scrutin et de restaurer la confiance dans le système électoral auprès des Américains qui ont des doutes", a réagi l'écologiste dans un communiqué.
    
Pour financer cette initiative, Jill Stein avait lancé une souscription, collectant plus de sept millions de dollars.
___________________________________________________________________

Je me demande si nos médias seront très bavards à ce sujet...

on s'en serait douté,quel gaspillage clown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Biloulou

avatar

Masculin Nombre de messages : 54566
Localisation : Jardins suspendus sur la Woluwe - Belgique
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Le monde se mobilise contre Donald Trump   13/12/2016, 17:55

@Charly a écrit:
@Biloulou a écrit:
Pour financer cette initiative, Jill Stein avait lancé une souscription, collectant plus de sept millions de dollars.
__________________________

Je me demande si nos médias seront très bavards à ce sujet...

on s'en serait douté,quel gaspillage clown

Plus de sept millions de dollars qui auraient été bien utiles à autre chose... à moi, par exemple... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le monde se mobilise contre Donald Trump   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le monde se mobilise contre Donald Trump
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 14Aller à la page : 1, 2, 3 ... 7 ... 14  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Libres Propos :: GÉNÉRAL-
Sauter vers: