Bienvenu Invité, sur le forum Libres Propos
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Les Cohortes Célestes ont le devoir et le regret de vous informer que Libres Propos est entré en sommeil. Ce forum convivial et sympathique reste uniquement accessible en lecture seule. Prenez plaisir à le consulter. Merci de votre compréhension.

Partagez | 
 

 AU LIBAN L'ÉTÉ S'ANNONCE CHAUD !!!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: AU LIBAN L'ÉTÉ S'ANNONCE CHAUD !!!   24/7/2009, 09:25

Le Liban fait partie de ces pays dont on ne parle d'habitude que lorsqu'ils sont en difficulté. Guerres, attentats, instabilité politique, milices surarmées, le pays est bien loin dans l'imaginaire collectif de la «Suisse du Moyen-Orient» qu'il a pu représenter dans les années 60. Pourtant, cette année, deux publications majeures, le New York Times et Lonely Planet, ont inclus le Pays des Cèdres dans leur liste des 50 destinations touristiques à visiter cette année. Si le Liban est incontestablement un pays passionnant et une attraction majeure, il est bon de se rappeler qu'il existe de multiples risques qui menacent l'été libanais et ses vacanciers.

En premier lieu, d'un point de vue intérieur, les élections législatives du 7 juin ont juste confirmé le fragile équilibre entre les deux camps opposés, le 8 mars et le 14 mars. Celui-ci a maintenu une majorité au parlement et envoie donc son principal chef de file, Saad Hariri, comme premier ministre. Le fait qu'il soit le fils du défunt Rafic Hariri, lui aussi premier ministre du gouvernement libanais, n'étonne personne : le Liban, comme la plupart des pays arabes, intègre l'héritage en politique pour créer des dynasties et il n'est pas rare que des clans libanais occupent des postes à responsabilité sur plusieurs générations. L'un des adversaires de ce système, Michel Aoun, a perdu des élections qu'il affirmait gagnées d'avance, avant de se rétracter après la publication des résultats et de pointer une fraude massive qui l'aurait desservie. Même si Saad Hariri est le premier ministre accepté par les deux camps, il n'est toujours pas parvenu à nommer un gouvernement répondant aux exigences des uns et des autres. Mosaïque confessionnelle, le Liban est d'abord un ensemble de féodalités qu'il faut contenter au plus haut niveau sous peine de déclencher l'ire des seigneurs politiques et les passions parfois dévastatrices de leurs supporters.

La puissance du Hezbollah

Le statu quo est donc maintenu, avec toujours l'épée de Damoclès que représente l'armement des milices. Même s'il est possible d'affirmer que chaque parti libanais dispose de son organisation paramilitaire, le Hezbollah demeure la première force armée du pays puisqu'il possède également des armes puissantes qu'il a pu expérimenter contre Israël. Le «Parti de dieu» a montré qu'il pouvait aussi utiliser sa puissance de feu contre ses compatriotes lorsqu'il a réagi à l'interdiction de son réseau de télécommunication en mai 2008, considérant cette décision du gouvernement comme une déclaration de guerre. Le Hezbollah a rapidement pris le contrôle de Beyrouth par les armes avant de se heurter aux milices de Walid Joumblatt dans la région d'Aley. Etat dans l'Etat, le Hezbollah n'a pas l'intention de démanteler son arsenal ou de le transférer à l'armée régulière libanaise. Sa popularité s'assoit principalement sur un réseau social performant composé d'écoles et d'hôpitaux, dans des régions auxquelles l'accès du gouvernement a été restreint. Peu à peu le parti a également réussi à représenter la résistance contre Israël pour tous les Arabes, mais aussi les voisins perses puisqu'il tire une grande partie de ses revenus de l'aide que lui apporte l'Iran.

Devant la réélection comme président iranien de Mahmoud Ahmadinejad, partisan d'une ligne agressive contre Israël, on peut penser que le Hezbollah continuera à mener la même politique de discours fort contre l'Etat hébreu et qu'il n'hésitera pas à se relancer dans un affrontement armé, comme lors de la guerre de Juillet 2006. Ce conflit s'est soldé par une semi-victoire pour le Hezbollah qui a affronté son ennemi israélien sans l'aide de l'armée libanaise. Le réarmement progressif de celle-ci ne changera guère l'équilibre des forces. L'armée libanaise reste sous-équipée malgré son bon niveau d'entraînement et on peut douter de son engagement physique lors d'un affrontement avec Israël. Le contrôle des frontières est principalement confié à la FINUL II, une force multinationale renforcée après le conflit de Juillet 2006. Cependant, la mission des caques bleus de l'ONU est floue, leurs moyens limités, et les règles d'engagement mal précisées. En cas de conflit entre le Hezbollah et Israël, on peut douter de l'interposition de la FINUL entre les deux protagonistes. Pour preuve, les violations régulières de l'espace aérien libanais par les jets israéliens, sans qu'il soit possible aux forces onusiennes de faire mieux que protester.

Israël a choisi la ligne dure face au Liban.

Israël avait prévenu qu'en cas de victoire aux élections du camp du 8 mars, le Liban serait considéré comme ayant choisi l'affrontement armé. Après l'échec de ses opérations contre le Hezbollah en Juillet 2006, l'armée israélienne a subi de profonds changements, notamment à sa direction avec l'arrivée de Gabi Ashkénazi, ancien leader de la brigade d'élite Golani. Le retour de Benyamin Netanyahou comme premier ministre augure d'une politique dure, continuation de la doctrine «Ein Brera», soit en hébreu «pas d'alternative» autre que la guerre et la victoire contre les ennemis d'Israël. Netanyahou a déjà montré qu'il n'était pas disposé à parler de paix autrement qu'en ses propres termes, et sait déjà qu'il ne peut pas compter sur le président Obama, peu enclin à soutenir Israël envers et contre tout. Le premier ministre israélien devra rassurer son électorat qui l'a préféré à la formation Kadima jugée trop conciliante avec les Palestiniens et les terroristes. Sans penser qu'il forcera Israël à la guerre, il n'est pas exclu qu'il accepte l'idée d'un nouveau conflit au Liban sud voire au-delà, si cela permettait en théorie de le débarrasser de la menace du Hezbollah, tout en envoyant un message à l'Iran et en détournant l'opinion publique de l'extension des colonies.

La paix semble aujourd'hui impossible entre Libanais, bien qu'Israël permette d'unifier la plupart des composants de la vie politique. En outre, les tensions s'accentuent entre le Hezbollah et Israël, pressé de retrouver une victoire pour redorer le prestige de « Tsahal ». On peut espérer qu'une solution diplomatique intervienne mais les négociations entre Israël et la Syrie, autre parrain du Hezbollah, sont au point mort notamment concernant le Golan. L'avenir est incertain dans la région, et personne n'avait pu prévoir le conflit de juillet 2006. On apprend rapidement, en vivant au Moyen-Orient, qu'il est impossible de prévoir l'avenir, et que la plupart des scénarios ne se réalisent pas devant la difficulté de rationaliser des comportements irrationnels. On accuse souvent le Liban de ne jamais rater une occasion de rater une occasion. Reste à espérer qu'il sera tout de même à la hauteur des promesses vantées par le NY Times et Lonely Planet, devant les centaines de milliers de touristes qui remplissent les avions vers le Liban et qui espèrent un été chaud, mais certainement pas brûlant.

Etienne Augé



Sad Sad Sad
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: AU LIBAN L'ÉTÉ S'ANNONCE CHAUD !!!   25/8/2009, 23:16

Des Libanais chassent des terroristes du Hezbollah



[Mardi 25/08/2009 22:45]















google_protectAndRun("render_ads.js::google_render_ad", google_handleError, google_render_ad);


Malgré les tentatives de la propagande du Hezbollah de faire croire que toute la population du Sud-Liban le soutient, un document filmé il y a quelques jours par un poste d’observation de Tsahal a montré que les habitants d’un village sunnite ont littéralement chassé des terroristes du Hezbollah venus pour y acheminer des armes et y créer un poste avancé face à la frontière israélo-libanaise. Les images montrent les échauffourées entre les habitants de Marwahin et des terroristes, qui ont duré plusieurs heures. Voyant les habitants déterminés à leur refuser l’entrée dans le village, les terroristes se sont mis à tirer en l’air, mais en vain, puisque les habitants ont commencé à faire de même. Finalement, c’est l’Armée régulière libanaise qui est intervenue pour séparer les protagonistes, et a demandé aux chiites du Hezbollah de renoncer à investir les maisons du village qu’ils convoitaient pour leur méfait. Si à Tsahal on note avec satisfaction cette réaction des villageois, on se dit par contre « inquiet de cette volonté du Hezbollah de s’installer dans des villages du Sud-Liban et de transformer ainsi leurs habitants en bouclier humain, dans l’indifférence internationale générale. » Pour les responsables militaires, « il s’agit d’une nette violation (de plus) par le Hezbollah de la Résolution 1701 du Conseil de Sécurité », dont Tsipi Livni se plaît à dire « qu’Israël ne pouvait obtenir de meilleur texte que celui-ci suite à la Deuxième Guerre du Liban » !! Tous les éléments montrent de manière claire que le Hezbollah se réarme de manière massive et conforte régulièrement ses positions dans tout le Sud-Liban.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: AU LIBAN L'ÉTÉ S'ANNONCE CHAUD !!!   20/7/2010, 15:50









Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: AU LIBAN L'ÉTÉ S'ANNONCE CHAUD !!!   20/7/2010, 21:45

Le hezbollah creuserait des tunnels vers Israel. Il envisage la prise d'otages civils dans les villages de la gallilée.
Ca va chauffer, mais tout le monde essaie de calmer le jeu.
Pour la FINUL, il est evident qu'ils ne bougeront pas, ceux des soldats que l'on rencontre disent, qu'ils en ont ras le bal de ce pays
"simple et tranquille"
Revenir en haut Aller en bas
Ungern

avatar

Masculin Nombre de messages : 17713
Date d'inscription : 18/05/2009

MessageSujet: Re: AU LIBAN L'ÉTÉ S'ANNONCE CHAUD !!!   20/7/2010, 22:55

Israël a quoi comme justification cette fois pour occuper toujours la moitié d'une grosse bourgade libanaise ? clown
Revenir en haut Aller en bas
http://hadrianwall.site.voila.fr
Shansaa

avatar

Féminin Nombre de messages : 1674
Date d'inscription : 02/11/2008

MessageSujet: Re: AU LIBAN L'ÉTÉ S'ANNONCE CHAUD !!!   21/7/2010, 00:10

@Lawrence a écrit:
Le Liban fait partie de ces pays dont on ne parle d'habitude que lorsqu'ils sont en difficulté. Guerres, attentats, instabilité politique, milices surarmées, le pays est bien loin dans l'imaginaire collectif de la «Suisse du Moyen-Orient» qu'il a pu représenter dans les années 60. Pourtant, cette année, deux publications majeures, le New York Times et Lonely Planet, ont inclus le Pays des Cèdres dans leur liste des 50 destinations touristiques à visiter cette année. Si le Liban est incontestablement un pays passionnant et une attraction majeure, il est bon de se rappeler qu'il existe de multiples risques qui menacent l'été libanais et ses vacanciers.

En premier lieu, d'un point de vue intérieur, les élections législatives du 7 juin ont juste confirmé le fragile équilibre entre les deux camps opposés, le 8 mars et le 14 mars. Celui-ci a maintenu une majorité au parlement et envoie donc son principal chef de file, Saad Hariri, comme premier ministre. Le fait qu'il soit le fils du défunt Rafic Hariri, lui aussi premier ministre du gouvernement libanais, n'étonne personne : le Liban, comme la plupart des pays arabes, intègre l'héritage en politique pour créer des dynasties et il n'est pas rare que des clans libanais occupent des postes à responsabilité sur plusieurs générations. L'un des adversaires de ce système, Michel Aoun, a perdu des élections qu'il affirmait gagnées d'avance, avant de se rétracter après la publication des résultats et de pointer une fraude massive qui l'aurait desservie. Même si Saad Hariri est le premier ministre accepté par les deux camps, il n'est toujours pas parvenu à nommer un gouvernement répondant aux exigences des uns et des autres. Mosaïque confessionnelle, le Liban est d'abord un ensemble de féodalités qu'il faut contenter au plus haut niveau sous peine de déclencher l'ire des seigneurs politiques et les passions parfois dévastatrices de leurs supporters.

La puissance du Hezbollah

Le statu quo est donc maintenu, avec toujours l'épée de Damoclès que représente l'armement des milices. Même s'il est possible d'affirmer que chaque parti libanais dispose de son organisation paramilitaire, le Hezbollah demeure la première force armée du pays puisqu'il possède également des armes puissantes qu'il a pu expérimenter contre Israël. Le «Parti de dieu» a montré qu'il pouvait aussi utiliser sa puissance de feu contre ses compatriotes lorsqu'il a réagi à l'interdiction de son réseau de télécommunication en mai 2008, considérant cette décision du gouvernement comme une déclaration de guerre. Le Hezbollah a rapidement pris le contrôle de Beyrouth par les armes avant de se heurter aux milices de Walid Joumblatt dans la région d'Aley. Etat dans l'Etat, le Hezbollah n'a pas l'intention de démanteler son arsenal ou de le transférer à l'armée régulière libanaise. Sa popularité s'assoit principalement sur un réseau social performant composé d'écoles et d'hôpitaux, dans des régions auxquelles l'accès du gouvernement a été restreint. Peu à peu le parti a également réussi à représenter la résistance contre Israël pour tous les Arabes, mais aussi les voisins perses puisqu'il tire une grande partie de ses revenus de l'aide que lui apporte l'Iran.

Devant la réélection comme président iranien de Mahmoud Ahmadinejad, partisan d'une ligne agressive contre Israël, on peut penser que le Hezbollah continuera à mener la même politique de discours fort contre l'Etat hébreu et qu'il n'hésitera pas à se relancer dans un affrontement armé, comme lors de la guerre de Juillet 2006. Ce conflit s'est soldé par une semi-victoire pour le Hezbollah qui a affronté son ennemi israélien sans l'aide de l'armée libanaise. Le réarmement progressif de celle-ci ne changera guère l'équilibre des forces. L'armée libanaise reste sous-équipée malgré son bon niveau d'entraînement et on peut douter de son engagement physique lors d'un affrontement avec Israël. Le contrôle des frontières est principalement confié à la FINUL II, une force multinationale renforcée après le conflit de Juillet 2006. Cependant, la mission des caques bleus de l'ONU est floue, leurs moyens limités, et les règles d'engagement mal précisées. En cas de conflit entre le Hezbollah et Israël, on peut douter de l'interposition de la FINUL entre les deux protagonistes. Pour preuve, les violations régulières de l'espace aérien libanais par les jets israéliens, sans qu'il soit possible aux forces onusiennes de faire mieux que protester.

Israël a choisi la ligne dure face au Liban.

Israël avait prévenu qu'en cas de victoire aux élections du camp du 8 mars, le Liban serait considéré comme ayant choisi l'affrontement armé. Après l'échec de ses opérations contre le Hezbollah en Juillet 2006, l'armée israélienne a subi de profonds changements, notamment à sa direction avec l'arrivée de Gabi Ashkénazi, ancien leader de la brigade d'élite Golani. Le retour de Benyamin Netanyahou comme premier ministre augure d'une politique dure, continuation de la doctrine «Ein Brera», soit en hébreu «pas d'alternative» autre que la guerre et la victoire contre les ennemis d'Israël. Netanyahou a déjà montré qu'il n'était pas disposé à parler de paix autrement qu'en ses propres termes, et sait déjà qu'il ne peut pas compter sur le président Obama, peu enclin à soutenir Israël envers et contre tout. Le premier ministre israélien devra rassurer son électorat qui l'a préféré à la formation Kadima jugée trop conciliante avec les Palestiniens et les terroristes. Sans penser qu'il forcera Israël à la guerre, il n'est pas exclu qu'il accepte l'idée d'un nouveau conflit au Liban sud voire au-delà, si cela permettait en théorie de le débarrasser de la menace du Hezbollah, tout en envoyant un message à l'Iran et en détournant l'opinion publique de l'extension des colonies.

La paix semble aujourd'hui impossible entre Libanais, bien qu'Israël permette d'unifier la plupart des composants de la vie politique. En outre, les tensions s'accentuent entre le Hezbollah et Israël, pressé de retrouver une victoire pour redorer le prestige de « Tsahal ». On peut espérer qu'une solution diplomatique intervienne mais les négociations entre Israël et la Syrie, autre parrain du Hezbollah, sont au point mort notamment concernant le Golan. L'avenir est incertain dans la région, et personne n'avait pu prévoir le conflit de juillet 2006. On apprend rapidement, en vivant au Moyen-Orient, qu'il est impossible de prévoir l'avenir, et que la plupart des scénarios ne se réalisent pas devant la difficulté de rationaliser des comportements irrationnels. On accuse souvent le Liban de ne jamais rater une occasion de rater une occasion. Reste à espérer qu'il sera tout de même à la hauteur des promesses vantées par le NY Times et Lonely Planet, devant les centaines de milliers de touristes qui remplissent les avions vers le Liban et qui espèrent un été chaud, mais certainement pas brûlant.

Etienne Augé



Sad Sad Sad

Le probleme et tout le monde le sait est que l'Iran et la Syrie entrainent, arment et financent le Hezbollah et que le Liban n'a pas les moyens de sa defense. Il est facile de lui tomber dessus et de mettre 1/4 de sa population sur les routes de l'exode. Le vrai courage serait d'affronter directement
l'un de ces 2 pays au lieu de s'en prendre au plus faible. C'est la ou j'applaudirai des 2 mains !
Mais ca ce n'est pas pour demain.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: AU LIBAN L'ÉTÉ S'ANNONCE CHAUD !!!   21/7/2010, 07:46

@Ungern a écrit:
Israël a quoi comme justification cette fois pour occuper toujours la moitié d'une grosse bourgade libanaise ? clown


Toujours,la meme,Ungern,une justification qui serait pleinement acceptée pour tous les pays du monde et par toutes les nations du monde, sauf une?? le dernier village gaulois,Israèl, le seule nation au mlonde a laquelle une majorité des autres demandent, voire exigent qu'elle se laisse bombarder, qu'elle voit ses civils et militaires assasinés lachement sans avoir un droit quelconque a réagir!!!

Etonnant, non, La France "occupe" le comté de Nice, j'imagine la tronche du nabot si les Italiens nous bombardaient une fois par semaine!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Biloulou

avatar

Masculin Nombre de messages : 54566
Localisation : Jardins suspendus sur la Woluwe - Belgique
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: AU LIBAN L'ÉTÉ S'ANNONCE CHAUD !!!   21/7/2010, 09:04

@Shansaa a écrit:
Le probleme et tout le monde le sait est que l'Iran et la Syrie entrainent, arment et financent le Hezbollah et que le Liban n'a pas les moyens de sa defense. Il est facile de lui tomber dessus et de mettre 1/4 de sa population sur les routes de l'exode.
Bonjour Shansaa ! sunny

Le Liban n'a pas les moyens de sa défense ni de neutraliser le Hezbollah et l'ONU a "oublié" de l'y aider, faudrait ajouter.
Franchement je ne pense pas que ce soit de gaité de coeur que Israël subisse les mauvais coups des terroristes du Hezbollah dans son territoire frontalier et soit contraint d'exercer son droit de poursuite.
Maintenant, que les "braves" du Hezbollah se soient installés parmi la population civile et dans les quartiers résidentiels de Bayrouth ça complique les choses, c'est vrai, mais pas pour eux - c'est même l'avantage recherché.

Citation :
Le vrai courage serait d'affronter directement l'un de ces 2 pays au lieu de s'en prendre au plus faible. C'est la ou j'applaudirai des 2 mains !
Mais ca ce n'est pas pour demain.
Je pense que vous avez chaussé de mauvaises lunettes, Shansaa ; on n'est plus au temps des gladiateurs ni des joutes mediévales mais de la survie d'Israël et de sa population. Il ne s'agit pas de courage mais de faisabilité.
Vous préconisez que Israël déclare la guerre à la Syrie ou à l'Iran ou aux deux ? Pensez-vous que ce serait raisonnable et faisable ?

Ne serait-ce pas plutôt le rôle de l'ONU, soit par voie diplomatique, soit par la force des armes, d'exercer cette mission de police internationale ?

(Je rêve, je sais, Israël et n'importe qui d'autre de sensé sait la confiance qu'on peut accorder à cette "organisation"... déjà son incapicité patente à exercer sa mission au Liban en ce moment...)


Dernière édition par Biloulou le 21/7/2010, 17:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Charly

avatar

Masculin Nombre de messages : 23689
Localisation : belgique
Date d'inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: AU LIBAN L'ÉTÉ S'ANNONCE CHAUD !!!   21/7/2010, 10:39

Moi,je comprends Lawrence,il est obligé de défendre le Liban,
même avec des carabistouilles,car il a épousé une Libanaise
(qui mérite tout notre respect),mais c'est elle qui a les sous
Revenir en haut Aller en bas
Biloulou

avatar

Masculin Nombre de messages : 54566
Localisation : Jardins suspendus sur la Woluwe - Belgique
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: AU LIBAN L'ÉTÉ S'ANNONCE CHAUD !!!   21/7/2010, 10:52

@Charly a écrit:
Moi,je comprends Lawrence,il est obligé de défendre le Liban,
même avec des carabistouilles,car il a épousé une Libanaise
(qui mérite tout notre respect),mais c'est elle qui a les sous
Et les dessous aussi.... geek
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: AU LIBAN L'ÉTÉ S'ANNONCE CHAUD !!!   21/7/2010, 11:00

N'est pas Chatelaine qui veut...

Pas grave moi j'ai les "saoul"...... et Biloulou fait du rase mottes !!!!!











@Charly a écrit:
Moi,je comprends Lawrence,il est obligé de défendre le Liban,
même avec des carabistouilles,car il a épousé une Libanaise
(qui mérite tout notre respect),mais c'est elle qui a les sous
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: AU LIBAN L'ÉTÉ S'ANNONCE CHAUD !!!   21/7/2010, 13:57

Ungern, et sanshaa, desolée je me suis trompée de Liban, Le liban de la paix duquel vous parlez connais pas..!!
Mais au nord chez nous, (ce que je croyais etre le Liban) la ou j'habite il y a un monsieur, qui est mon voisin, qui pleure sans arrét ses deux petites filles et sa mére, egorgées sous ses yeux, mais c'est pas ses fréres qui les on tués ...non, on les a accusés mais c'est pas eux... ses fréres viennent viennent du Liban "simple et tranquille"
Cet homme a trouvé refuge dans ce pays barbare qu'est Israel Sanshaa, vous imaginez quelle horreur, dans ce pays qui je vous le signale, a fait la guerre a la syrie, et qui a attaqué ce pauvre Liban, qui lui a envoyé, des missiles juste pour rire comme ça, qui lui a kidnappé des soldats avec la complicité des soldats pakistanais et Indiens de la finul, ces soldats arrivés aux mains d'un humaniste Barbu ont etés assasinés par ses sbires. Je crois meme par inadvertance.
Et ces brutes d'Israel, ont fait la guerre au Liban quelle misére...
Dans ce pays plein de jolies filles que vous hesitez a nous montrer.
Les Israeliens ont meme detruit de jolies rues, ces Israeliens qui n'ont meme pas de pavés sur leurs trottoirs, Barbares, et ce sans tenir compte de votre juste courroux...mon mari aurait dit TOZ.!!!
Et aujourd'hui Israel attends que le Liban fasse preuve (de nouveau) de sa bonté, de sa quietude, et de son amour de l'espéce humaine.
Bien sur ils ne feront rien sans l'autorisation d'Ungern...

Monsieur Ungern, pour vous...rassurez vous c'est pas "alkhadra" qui publie.


Relations Occidento-Muslmanes





Ce que cache le différend sur les fermes Cheba’a
par Joshua Mitnick
Kibboutz Dan, Israël – Jusqu’à il y a six ans, la chaîne de montagnes qui s’élève au-delà des vergers verdoyants de cette collective agricole à l’extrémité nord d’Israël était mieux connue comme étant le site où Abraham reçut son engagement divin dans l’Ancien Testament.

Peu de Libanais ou d’Israéliens connaissaient la chaîne de montagnes comme étant l’emplacement des fermes de Cheba’a, object d’un obscur différend portant sur les frontières qui s’est finalement déchaînée en une guerre d’un mois entre le Hezbollah et Israël.

« C’est un bout de terre aride », dit Adib Farha, ancien assistant du premier ministre libanais Fouad Siniora et originaire de Marjayoun, village du sud du Liban. « La plupart des Libanais n’en avaient jamais entendu parler avant que le Hezbollah ne l’évoque en l’an 2000 ».

Il est prévu que le Conseil de sécurité de l’ONU revoie la question épineuse consistant à déterminer à qui appartiennent les fermes Cheba’a. Une solution diplomatique, disent les analystes, pourrait éventuellement soutenir une stabilité le long de la frontière israélo-libanaise en affaiblissant la justification du Hezbollah pour maintenir les armes.

« Cela aboutirait à la marginalisation de la milice du Hezbollah, dit Gidi Grinstein, le président de l’Institut Reut, un groupe de réflexion établi à Tel Aviv. L’objectif d’éliminer le Hezbollah ne peut pas être atteint. Nous devons donc mener la vie dure au Hezbollah par le biais de la politique de la légitimité ».

Le premier ministre libanais Fouad Siniora a souvent appelé à la résolution du conflit des fermes de Cheba’a afin de neutraliser la branche militaire du Hezbollah. Dans un plan à sept parties qu’il a dévoilé le mois dernier quand la guerre était à son comble, il a appelé Israël à se retirer des fermes et que le territoire de 19 kilomètres carrés soit placé sous la garde de l’ONU en attendant un accord officiel entre le Liban et la Syrie sur sa souveraineté.

Lorsqu’Israël s’est retiré du Liban en l’an 2000, le Hezbollah a revendiqué l’appartenance des fermes au Liban, justifiant ainsi ses attaques contre les forces israéliennes qui occupaient le territoire. Israël et l’ONU ont affirmé que ces terrains faisaient partie du plateau du Golan enlevé de la Syrie pendant la guerre de six jours de 1967. Damas a déclaré que les fermes de Cheba’a appartiennent au Liban mais n’a jamais tenté de ratifier formellement la souveraineté du versant de la montagne pour que les Libanais obtiennent la reconnaissance de l’ONU et l’acceptation d’une nouvelle frontière.

Depuis le Kibboutz Dan, une série de tours de surveillance militaire israéliennes sont à peine visibles le long du flanc ouest d’une chaîne de montagnes qui s’étend au nord-est vers les cimes stratégiques du Hermon.

Les avant-postes dominant la frontière de 1926 qui est à l’origine de la confusion sur les fermes de Cheba’a. Lorsque les Français ont créé le Liban, ils ont tracé une frontière avec la Syrie qui a coupé des villages libanais comme Cheba’a des champs situés sur la chaîne de montagnes au sud où des villageois possédaient des terres.

Yossi Lev Ari, résident du Kibboutz Dan, se rappelle comment quelques mois après la guerre de six jours, il a rencontré des villageois libanais qui portaient des drapeaux blancs et qui avaient le droit de traverser la frontière pour travailler leurs terres.

Israël a fermé la frontière au début des années 70 après que des guérillas palestiniennes de la milice du Fatah de Yasser Arafat se sont installées dans les montagnes pour organiser des raids sur des villages agricoles comme le Kibboutz Dan. La chaîne de montagnes a aussi permis à Israël de chercher à discerner des villages du sud du Liban. « Se retirer serait suicidaire » en l’absence d’un traité de paix, dit M. Ari.

Lorsqu’Israël s’est retiré du Liban en l’an 2000, une équipe de l’ONU a confirmé la frontière tracée par les Français. Le Hezbollah, ainsi que le gouvernement libanais, se sont opposés à cette décision, désignant les anciens terrains d’appartenance libanaise de l’autre côté. Afin d’attirer l’attention sur les fermes de Cheba’a, les guérillas du Hezbollah ont enlevé et tué trois soldats israéliens dans une embuscade à travers la frontière en octobre 2000. Les corps ont été rendus lors d’un échange de prisonniers en janvier 2004.

Maintenant, même si Israël rendait le territoire au Liban, peu de personnes s’attendraient à ce que le Hezbollah renonce à sa lutte contre l’Etat hébreu. « Ils n’ont aucune querelle territoriale, politique ou économique avec Israël mais plutôt une objection fondamentale au droit d’Israël à exister. Une partie de la logique de la résistance permanente est de toujours rechercher un nouveau prétexte, dit M. Grinstein. Les fermes de Cheba’a sont un symptôme de ce phénomène. Lorsqu’on y pense, il est ridicule que les fermes de Cheba’a servent de prétexte pour un conflit entre le Liban et Israël ».

Ces quelques dernières années, le Hezbollah a dit qu’il ne démonterait pas sa branche militaire, même si les fermes de Cheba’a étaient rendues au Liban. Il maintient que ses combattants endurcis par la bataille sont la seule défense viable contre Israël et qu’ils ne peuvent pas être désarmés avant qu’Israël ne cesse de représenter une menace pour le Liban.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: AU LIBAN L'ÉTÉ S'ANNONCE CHAUD !!!   21/7/2010, 16:57

Salut Biloulou,

Oh la ferme ! (encore)



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: AU LIBAN L'ÉTÉ S'ANNONCE CHAUD !!!   21/7/2010, 17:22

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: ait il   21/7/2010, 17:36

Si le liban n'a pas les moyens de se defendre, pourquoi la France, ou l'Union Européenne, n'enverraient pas des soldats..?? Pourquoi Israel mettrait il ses soldats en danger..?? pour sauver les Libanais..?? Mais vous revez Madame Sanshaa, quand il a fallu faire la guerre a la Syrie, pour nous defendre nous n'avons pas hesité demandez leur...!!! ils semblent avoir compris le message, depuis 73 ils ne la ramenent plus.
Alors le Liban "calme et tranquille" doit cesser de faire la guerre Syro-hezbollah, et prendre SES responsabilitées.
Revenir en haut Aller en bas
Biloulou

avatar

Masculin Nombre de messages : 54566
Localisation : Jardins suspendus sur la Woluwe - Belgique
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: AU LIBAN L'ÉTÉ S'ANNONCE CHAUD !!!   21/7/2010, 17:37

Plus fort, Linkwan, plus fort, Lawrence aime ça ! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: AU LIBAN L'ÉTÉ S'ANNONCE CHAUD !!!   21/7/2010, 17:47

@Biloulou a écrit:
Plus fort, Linkwan, plus fort, Lawrence aime ça ! lol!

Moi je dirais "elle a les dessous et le dessus"

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: AU LIBAN L'ÉTÉ S'ANNONCE CHAUD !!!   22/7/2010, 08:15

Au sud-Liban: le Hezbollah sème un vent anti-français

Par Georges Malbrunot le 20 juillet 2010 18h15



Voici un reportage publié dans Le Figaro de lundi.
"La main qui touchera à l'armement de la résistance sera coupée.» Sur l'affiche, l'homme fort du Liban-Sud, Hassan Nasrallah, chef du Hezbollah («le Parti de Dieu»), lance cet avertissement dans la langue de Molière. Pour que le message soit bien compris des soldats français de la Force des Nations unies au Liban (Finul), qui patrouillent à Kirbet Slem, bourgade encaissée dans la vallée du wadi al-Ahjir. Une voie de pénétration privilégiée par les miliciens chiites pour se rapprocher de la frontière avec Israël.
Partant du fleuve Litani, les combattants pro-iraniens se sont longtemps infiltrés en toute discrétion vers le Sud, profitant des nombreuses crevasses du relief pour y acheminer des roquettes, avant de les lancer sur la région de Kiriat Shmona, au nord de l'État hébreu.
Après la guerre de l'été 2006 entre Tsahal et le Hezbollah, les Français ont hérité de ce secteur sensible, véritable paradis pour la guérilla. Le déploiement des chars Leclerc, équipés de capteurs, permet de repérer tout mouvement suspect à quatre kilomètres à la ronde. De nombreuses caches d'armes ont ainsi été vidées. Mais la pression de la Finul s'est ensuite relâchée. Le Hezbollah en a profité pour consolider sa présence. Israël s'en est alarmé. Ce qui a provoqué le retour de la Finul. «Mais les soldats avaient perdu le contact avec la population et, quand les habitants les ont vus revenir, ils se sont dit que c'était sur injonction israélienne», relève Timor Goksel, qui fut porte-parole de la Finul pendant plus de vingt ans.
Dans son échoppe ornée des portraits des leaders du Hezbollah, Ibrahim énonce les griefs antifrançais, que l'on entend désormais dans de nombreux villages : «Les Français pénètrent avec leurs blindés dans les ruelles. Ils violent notre intimité. Ils prennent des photos et, une semaine après, on voit qu'Israël diffuse d'autres photos de villages du Sud. On se dit qu'il y a quelque chose entre eux et Israël», ajoute ce commerçant durant la journée, qui se transforme en combattant la nuit. Comme beaucoup de jeunes du Sud, où le Hezbollah est partout et nulle part à la fois.
Le 3 juillet, après une première série d'incidents qui n'avait pas visé uniquement le contingent français, dans le village voisin de Touline, un convoi militaire français a été violemment attaqué à coups de bâtons et de jets de pierre. Des habitants sont parvenus à prendre le contrôle des véhicules, avant d'humilier les Casques bleus en les désarmant.
Loin d'être spontanée, comme l'assure la population de Touline, l'embuscade avait été minutieusement préparée par le Hezbollah. Au volant d'une Mercedes, un milicien suivait la patrouille française, téléphone portable à l'oreille, pour renseigner ses hommes et piéger le convoi de la Finul dans un cul-de-sac. Juste avant de repartir, un des assaillants lança à un Français : «On vous prévient, à partir de maintenant, la situation a changé.» En clair : on ne veut plus de vos patrouilles intrusives.
Face aux menaces d'Israël, qui accuse le Hezbollah de s'être puissamment réarmé depuis 2006, le «Parti de Dieu» veut être libre de se préparer au prochain conflit. Quitte à violer la résolution 1701 de l'ONU, qui donne davantage de moyens à la Finul pour prévenir l'acheminement d'armes au sud du Liban.
Aujourd'hui, «le Hezbollah cherche à reprendre le contrôle clandestin de la zone, afin de pouvoir réagir quand et où il veut», analyse l'ancien patron de la Finul, le général Alain Péllégrini, qui prépare un livre sur la Force. L'incident de Touline montre que le Hezbollah dispose de solides renseignements sur la Finul et qu'il peut quadriller le secteur à sa guise. Tout cela sans sortir la moindre arme à feu. De quoi inquiéter les Occidentaux. D'autant que la milice bénéficie d'une certaine passivité de l'armée libanaise.
Trois jours avant le déclenchement des manœuvres onusiennes début juillet, à Beyrouth, le ministère de la Défense conseilla à la Finul de ne pas se déployer sur le terrain. «Je répétais aux Français qu'ils devaient faire attention», affirme de son côté Nabil Fawaz, le maire de Tibnine.
"Après qu'Israël ait accusé la Syrie d'avoir livré des missiles Scud au Hezbollah, la Finul a durci ses contrôles", reconnait un militaire qui vient de rentrer du sud-Liban. D'autre part, "patrouiller en tenue Félin comme en Afghanistan était maladroit", ajoute-t-il.
L'activisme français dérange le Hezbollah. Certaines de ses armes restent dissimulées sous les mosquées et les terrains de football. Mais, contrairement aux Israéliens, les experts militaires occidentaux ne pensent pas que le Hezbollah ait introduit une quantité importante de munitions au Sud depuis 2006. Sa priorité est au nord de la zone Finul et du fleuve Litani. Le «Parti de Dieu» y a camouflé ses armes les plus sophistiquées, venues d'Iran et de Syrie, y compris dans les zones chrétiennes.
Son rapprochement avec Walid Joumblatt lui a également permis de grignoter du terrain, en secteur druze, au nord-est de la zone Finul, offrant aux logisticiens de la milice une très utile continuité territoriale à partir de la plaine de la Békaa, limitrophe de la Syrie, jusqu'à ses bastions du Liban- Sud. Dans cette nouvelle zone d'influence, le Hezbollah envoie aussi des messages clairs : au printemps, l'attaché de défense hollandais s'est fait arrêter à un barrage clandestin tenu par des miliciens chiites et sa voiture a été fouillée.
Officiellement, entre les Français et le Hezbollah, l'incident est désormais clos. Sur le terrain, on a fumé le «narguilé de la paix» lors de la finale de la Coupe du monde. À Beyrouth, des diplomates ont rencontré des représentants du «Parti de Dieu». Mais personne n'est dupe. «Si les Français ne changent pas leur comportement, il y aura une autre réaction», assure Hola Ibrahim, de Kirbet Slem. Sous-entendu : un attentat contre le contingent français ne serait pas à exclure.
Revenir en haut Aller en bas
OmbreBlanche

avatar

Masculin Nombre de messages : 11154
Age : 44
Localisation : Nord Franche-Comté (25)
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: Re: AU LIBAN L'ÉTÉ S'ANNONCE CHAUD !!!   26/7/2010, 14:51


AFP, Mise a jour : lundi 26 juillet 2010 13:55

Israël frappera le Liban en cas d'attaque du Hezbollah

Israël frappera directement les institutions gouvernementales libanaises si le Hezbollah lance des roquettes contre des villes israéliennes, avertit le ministre israélien de la Défense, Ehud Barak, dans une interview publiée lundi par le Washington Post.



Si le Hezbollah lance une roquette sur Tel Aviv, "nous ne poursuivrons pas chaque terroriste ou chaque attaquant du Hezbollah", avertit Ehud Barak dans l'interview. "Nous considérerons qu'il est légitime de frapper n'importe quelle cible appartenant à l'État libanais et pas seulement au Hezbollah".

Le Premier ministre libanais Saad Hariri estime qu'Israël se prépare à mener une guerre contre le Liban et se plaint des vols de surveillance menés par l'Etat hébreu au-dessus du territoire libanais, rappelle le quotidien de Washington.

Les tensions entre Israël et le Liban ont connu un regain à la suite d'informations selon lesquelles des militants libanais prévoiraient d'acheminer par bateau de l'aide à Gaza en dépit du blocus imposé par Israël, rappelle également le quotidien. Ehud Barak a qualifié ces initiatives de "provocation inutile", rapporte le Post.
Revenir en haut Aller en bas
http://ump25.probb.fr/forum.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: AU LIBAN L'ÉTÉ S'ANNONCE CHAUD !!!   26/7/2010, 15:07

MAIS PAUVRES AMIS LIBANAIS SUPPORTANT TOUS LES PROBLÈMES DU MOYEN ORIENT DEPUIS DES DÉCENNIES !!!!



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: AU LIBAN L'ÉTÉ S'ANNONCE CHAUD !!!   26/7/2010, 15:11

Depuis qu'il sont devenus une province des crapules Syrienne ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: AU LIBAN L'ÉTÉ S'ANNONCE CHAUD !!!   26/7/2010, 15:17

OH MIRACLE !!!

NOUS SOMMES D'ACCORD JACK.....




cheers cheers

Mais pas dans le fief chrétien maronite Evil or Very Mad



JACKLELOUP a écrit:
Depuis qu'il sont devenus une province des crapules Syrienne ?
Revenir en haut Aller en bas
OmbreBlanche

avatar

Masculin Nombre de messages : 11154
Age : 44
Localisation : Nord Franche-Comté (25)
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: Re: AU LIBAN L'ÉTÉ S'ANNONCE CHAUD !!!   26/7/2010, 16:44

Le Liban sous influence occidentale

Période de 1830 à 1918

1861-1915: La province (mutasarrifiya) autonome du Mont-Liban

Suite aux massacres des Maronites par les Druzes de 1840 à 1860, les grandes puissances de l'époque (la France, la Grande-Bretagne, l'Autriche-Hongrie, la Russie, la Prusse) envoyèrent un corps expéditionnaire et obligèrent l'Empire ottoman à créer une province (mutasarrifiya) autonome du Mont-Liban en 1861. Elle devait être dirigée par un gouverneur, sujet ottoman chrétien, sous la surveillance des consuls européens. Un conseil consultatif central, majoritairement composé de chrétiens, fut également mis en place sur une base communautaire proportionnelle. C'est pendant cette période d'autonomie que furent créés les premiers conseils municipaux élus au Liban, en 1879 à Jounieh par exemple. Entre 1880 et 1914 la croissance démographique et la crise de la sériciculture provoquèrent un très important mouvement d'émigration vers les Amériques qui toucha au moins le quart de la population.

La constitution de l'État moderne

Période : 1918-1943

Le mandat français

Peu après la Première Guerre mondiale en 1920, la France obtient de la Société des Nations un mandat sur les régions syriennes du Levant. Le royaume de Syrie est proclamé, tout en réservant au Mont-Liban le statut de région autonome. Mais progressivement, un mouvement nationaliste arabe mobilise des intellectuels de Beyrouth et du Mont-Liban qui aspirent à l'indépendance de la Syrie, sous la direction d'un souverain arabe, tandis que d'autres, parmi lesquels les Maronites sont majoritaires, pensent à un État libanais indépendant, protégé par ses liens privilégiés avec la France.

En 1920, sous la pression de ces derniers, le gouverneur français, Henri Gouraud défait les nationalistes syriens, proclame l'État du Grand Liban et fixe ses frontières.

Les clivages rendaient improbable la naissance d'une entité politique libanaise unifiée, d'autant que chaque communauté gardait en mémoire sa version bien particulière de l'histoire, rarement en accord avec celle des autres.

En 1926, le Liban devient officiellement une République, adoptant sa première constitution et créant des postes de Président de la République et de chef du gouvernement.

Le début de l'indépendance

Après l'invasion du pays par les Alliés pendant la Seconde Guerre mondiale, les autorités françaises vichystes sont renversées et le Liban passe, comme la Syrie, sous le contrôle de la France libre. Malgré un accord de principe pour l'indépendance, les gaullistes tentent de maintenir le pays sous contrôle. Le 21 septembre 1943, Béchara el-Khoury devient Président de la République, Riyad es-Solh prenant de son côté la tête du gouvernement. Un conflit éclate entre ces partisans résolus de l'indépendance et le représentant français Jean Helleu, qui fait emprisonner le gouvernement le 11 novembre. Le 22 novembre, la France libre doit se résoudre à libérer le gouvernement et à accorder l'indépendance au pays.

Développement et démocratie

En 1952, Camille Chamoun accède à la présidence. Son mandat est marqué par le manque de respect du président pour la convention nationale. Chamoun renforce les prérogatives présidentielles, et malgré le contexte régional et national pro-arabe, il infléchit la politique extérieure du Liban dans un sens pro-occidental, négligeant totalement les sentiments des Libanais des classes pauvres. Il adhère même à la doctrine Eisenhower de coordination des forces antisoviétiques au Moyen-Orient sèchement rejetée par tous les autres pays arabes.

La crise de 1956-1958 au Liban

Le contexte régional des nations arabes qui se soulèvent et le refus du président pro-occidental Camille Chamoun de rompre les relations diplomatiques avec le Royaume-Uni et la France alors que celles-ci attaquent l'Égypte durant la crise de Suez , poussent la communauté musulmane à réclamer au gouvernement une fusion avec la République arabe unie, ce que refuse catégoriquement la communauté chrétienne. La pression monte. Les réfugiés palestiniens se sont alors déjà préparés à mener la guerre et à prendre le Liban à la place de la Palestine. Ils sont soutenus par le président égyptien Gamal Abdel Nasser et par le régime syrien; Nasser avait arrangé la décision du "Caire" pour faire armer les Palestiniens uniquement en territoire libanais. Il s'agit d'une décision plus internationale que locale avec comme premier partenaire l'ancien régime soviétique (URSS) qui avait à l'époque de bonnes relations avec l'État d'Israël. Bombes et assassinats précèdent de vastes manifestations de rue. À partir de mai 1958 éclate une guérilla dans la montagne entre loyalistes et insurgés. Devant cette agitation, Chamoun obtient le débarquement de 15 000 marines américains qui assurent le triomphe de la contre-révolution menée par les Kataëb chrétiens en majorité. Le mandat de Chamoun a vu une renaissance culturelle et économique dont le Liban garde toujours la trace malgré la guerre de 17 ans. C'était aussi une renaissance de la liberté d'expression et de la liberté de la presse (aucun pays arabe ne l'avait à cette époque).

À la fin du mandat de Chamoun en septembre, le général Fouad Chehab, unanimement respecté par les dictateurs arabes (notamment par le président d'Egypte Abdel-Nasser), est élu. L'opposition impose la nomination du leader de l'insurrection, Rachid Karamé, au poste de Premier ministre. C'était une période de recul de la liberté, et de mandat dit militaire.

Le chehabisme

Le nouveau président inaugure de meilleures relations avec Nasser, et le Liban joue à plein son rôle de médiateur entre Arabes, apaisant du coup les revendications internes des musulmans et des druzes.

Chehab ouvre une période de stabilité durant laquelle la prospérité libanaise semblait revenue. L'économie est en plein boom mais malheureusement, la croissance est marquée par une importante inégalité régionale et communautaire.
Revenir en haut Aller en bas
http://ump25.probb.fr/forum.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: AU LIBAN L'ÉTÉ S'ANNONCE CHAUD !!!   26/7/2010, 17:01

"La pression monte. Les réfugiés palestiniens se sont alors déjà préparés à mener la guerre et à prendre le Liban à la place de la Palestine".



Après le "Black September" de 1970, le "brave" Henry Kissinger promettra aux Palestiniens le Liban..... on connait la suite !!!



Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
Biloulou

avatar

Masculin Nombre de messages : 54566
Localisation : Jardins suspendus sur la Woluwe - Belgique
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: AU LIBAN L'ÉTÉ S'ANNONCE CHAUD !!!   26/7/2010, 18:02

@Lawrence a écrit:
"La pression monte. Les réfugiés palestiniens se sont alors déjà préparés à mener la guerre et à prendre le Liban à la place de la Palestine". Après le "Black September" de 1970, le "brave" Henry Kissinger promettra aux Palestiniens le Liban..... on connait la suite !!! Crying or Very sad
Pâle jeu de mots, le Liban est aussi en Palestine...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: AU LIBAN L'ÉTÉ S'ANNONCE CHAUD !!!   

Revenir en haut Aller en bas
 
AU LIBAN L'ÉTÉ S'ANNONCE CHAUD !!!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 6Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Libres Propos :: GÉNÉRAL-
Sauter vers: