Libres Propos
Frappez, entrez et soyez bienvenu !



Bienvenu Invité, sur le forum Libres Propos
AccueilPortailGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Café Littéraire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
OmbreBlanche

avatar

Masculin Nombre de messages : 11154
Age : 43
Localisation : Nord Franche-Comté (25)
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: Le Café Littéraire   5/1/2009, 05:03

Rappel du premier message :



Vous avez adoré, détesté, un livre ou un auteur et vous souhaitez le recommander ou le déconseiller ?

Alors c'est par ici que ça se passe...

Like a Star @ heaven
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ump25.probb.fr/forum.htm

AuteurMessage
Ungern



Nombre de messages : 17713
Date d'inscription : 18/05/2009

MessageSujet: Roman extra .   29/9/2010, 08:22

Je viens de terminer la lecture d'un roman extra .
On n'y parle ni d'Israël,ni de Bush,ni de Sarko,ni de polution ....



Enfant 44

Tom Rob Smith

Editions Pocket



Ca se passe dans les années 50 en union soviétique .
Ca mèle une enquete judiciaire et la vie à l'époque stalinienne avec ses folies et ses absurdités .
La fin de l'histoire est totalement inattendue .
C'est "génial" .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hadrianwall.site.voila.fr
andre

avatar

Masculin Nombre de messages : 7215
Localisation : Fluctuante
Date d'inscription : 08/09/2010

MessageSujet: Pour ne pas perdre son temps ...   30/10/2010, 12:53



Douglas Kennedy ... sans modération !

PS : le film arrive bientôt ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
andre

avatar

Masculin Nombre de messages : 7215
Localisation : Fluctuante
Date d'inscription : 08/09/2010

MessageSujet: Re: Le Café Littéraire   30/10/2010, 13:08

je conseille cette lecture à Madame Mab !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OmbreBlanche

avatar

Masculin Nombre de messages : 11154
Age : 43
Localisation : Nord Franche-Comté (25)
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: Re: Le Café Littéraire   8/11/2010, 15:25

Par Reuters, publié le 08/11/2010 à 12:49, mis à jour le 08/11/2010 à 14:31
Le Goncourt à "La carte et le territoire" de Houellebecq

"La carte et le territoire", roman de Michel Houellebecq, a reçu lundi le prix Goncourt, la récompense littéraire la plus convoitée de la place de Paris.



Comme le veut la tradition, le nom du lauréat du prix Goncourt a été proclamé au restaurant parisien Chez Drouant, où Michel Houellebecq s'est présenté peu après.

"Je suis très content, finalement c'est peut-être nécessaire dans ma vie, en tout cas c'est une très bonne chose", a-t-il dit à i<Télé à son arrivée.
"Tous les gens qui vont découvrir mes livres grâce à ce prix, j'espère que je ne les décevrai pas, qu'ils seront contents, que ça les incitera à lire", a-t-il ajouté.
"C'est souvent des gens qui lisent au départ peu qui achètent le Goncourt. Je pense que je n'ai pas passé une seule journée sans lire depuis l'âge de six ans", a-t-il poursuivi, avant d'être happé par une nuée de journalistes.
Considéré par nombre de critiques comme le meilleur livre de Michel Houellebecq, "La Carte et le territoire" est une réflexion sur l'époque à l'heure d'internet, du tourisme de masse et de la téléréalité à travers le parcours d'un artiste contemporain, Jed Martin. L'auteur s'y met lui-même en scène.

Lire la suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ump25.probb.fr/forum.htm
Biloulou

avatar

Masculin Nombre de messages : 54566
Localisation : Jardins suspendus sur la Woluwe - Belgique
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Le Café Littéraire   9/11/2010, 00:13

OmbreBlanche a écrit:
Comme le veut la tradition, le nom du lauréat du prix Goncourt a été proclamé au restaurant parisien Chez Drouant, où Michel Houellebecq s'est présenté peu après.
Ce n'est pas au Fouquet's, tu es sûr ? Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charly

avatar

Masculin Nombre de messages : 23608
Localisation : belgique
Date d'inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Le Café Littéraire   2/6/2012, 14:52

Quand les camps de prisonniers allemands aux Etats-Unis étaient soumis aux ordres d'une hiérarchie interne nazie...


A partir de 1942, 380 000 soldats allemands ont été capturés par les Alliés et furent envoyés aux États-Unis dans des camps de prisonniers. Parmi les soldats allemands, nazis et anti-nazis s'affrontent. C'est ce que Daniel Costelle relate dans "Prisonniers nazis en Amérique" en s’appuyant sur de très nombreux témoignages oraux recueillis dans les années 1970 (Extrait 1/2).





  • "Ces camps sont soumis à l’autorité d’une hiérarchie parallèle qui va jusqu’à s’arroger des pouvoir de justice, une justice expéditive s’entend." Crédit German Federal Archive/Friedrich Franz Bauer



    Bien que les États-Unis soient entrés en guerre en décembre 1941, la question du sort des prisonniers de guerre allemands capturés par les Alliés ne se pose réellement pour eux qu’à partir de mai 1943 avec la reddition de l’Afrikakorps, fort encore de 150 000 hommes, au cap Bon en Tunisie. Puis viennent les soldats faits prisonniers en Italie, au rythme de 20 000 par mois. Après le débarquement en Normandie, les chiffres passent à 30 000 par mois. Ils augmentent encore dans les derniers mois de la guerre, alors que le système militaire allemand entre en voie de décomposition.

    (...) À la fin de la guerre, les États-Unis détiennent sur leur sol 425 000 prisonniers, parmi lesquels une forte majorité d’Allemands.Le chiffre est considérable, mais doit cependant être relativisé au regard des masses de prisonniers aux mains de l’Armée rouge. Rien que durant la bataille de Berlin, ce sont quelque 500 000 officiers et soldats allemands qui sont faits prisonniers par les Soviétiques. À ces prisonniers, l’arrivée aux États-Unis fait l’effet d’un choc. La distance les en séparant n’était pas seulement celle d’un océan. La propagande de Goebbels avait dressé un véritable mur entre la population allemande et les États-Unis, systématiquement et continuellement dénoncés comme une ploutocratie dont le président était un triste sire aux mains des Juifs.

    (...) Comme dans tout camp de prisonniers de guerre, l’organisation interne relève des officiers. En réalité, ces camps sont soumis à l’autorité d’une hiérarchie parallèle qui va jusqu’à s’arroger des pouvoir de justice, une justice expéditive s’entend. En clair, les nazis en prennent le contrôle et y font régner leur loi. Il y a d’abord les doutes qui pèsent sur les conditions dans lesquelles certains prisonniers sont tombés aux mains de l’ennemi. Ont-ils été réellement contraints à la reddition ? Ou bien leur capture dissimule-t-elle une désertion camouflée ? L’augmentation régulière du nombre des prisonniers à mesure de la dégradation de la situation militaire suscite les soupçons des irréductibles. Certains de ces hommes ne cachent d’ailleurs pas leur soulagement, voire tiennent des propos défaitistes. D’autres, comme le lieutenant von Arnim, aide de camp du dernier gouverneur de Paris, sont accusés d’avoir désobéi au Führer. Contrairement aux ordres d’Hitler, Paris n’a pas brûlé. (...).

    Reste le cas de ceux qui sont soupçonnés d’avoir livré à l’ennemi des informations dont il a pu ensuite se servir contre les intérêts du Reich, notamment pour cibler des bombardements. Le compte de ces suspects est vite réglé. Des tribunaux secrets, les Kangaroo Courts, prononcent la sentence. On retrouve ensuite les victimes mortes dans des conditions qui ne cherchent même pas à camoufler l’assassinat. Chacun doit savoir ce qui l’attend s’il dévie de la loyauté due au Reich. Ces crimes ne restent pas tous impunis. Dans un camp de l’Oklahoma, l’exécution d’un prisonnier soupçonné d’avoir fourni des renseignements sur le camouflage de Hambourg destiné à tromper les pilotes de bombardiers alliés est suivie de la pendaison de cinq de ses codétenus accusés d’avoir décidé, puis perpétré l’assassinat.

    Dans d’autres camps, en revanche, les autorités choisissent de fermer les yeux. Elles vont d’ailleurs souvent très loin dans le souci de ne pas s’immiscer dans les affaires internes des prisonniers. Lors de défilés organisés à l’occasion de fêtes nazies, comme l’anniversaire du Führer ou la commémoration du putsch du 9 novembre 1923, ceux-ci peuvent chanter le Horst Wessel Lied sans que personne ne s’en émeuve. Le tableau devient proprement surréaliste lorsque la Swastika peut flotter au-dessus des camps au su et au vu de tout le monde. Pour éviter la multiplication des meurtres, l’administration américaine finit cependant par décider d’ouvrir des camps où les antinazis pourront trouver refuge. Force est de constater que seule une minorité des prisonniers de guerre allemands opte pour cette solution.

    Les autres restent jusqu’au bout sous l’emprise du régime nazi et de son idéologie. C’est dire aussi le peu de succès rencontré par les programmes de rééducation mis en place par les autorités américaines pour les purger de ces miasmes et leur enseigner les vertus de la démocratie. Avec la cessation des hostilités à l’Ouest en mai 1945, les prisonniers de guerre allemands ont fini, au propre comme au figuré, de manger leur pain blanc. Les autorités américaines n’ont plus à redouter des mesures de rétorsion d’un pouvoir qui a disparu. Mais, peut-être plus encore, les prisonniers sont victimes du choc subi par les Américains lorsqu’ils découvrent en avril et en mai 1945 les horreurs des camps de la mort nazis. C’est l’époque où prévaut la thèse de la responsabilité collective. Tous les Allemands, quels qu’ils soient et où qu’ils soient, seraient coupables de ces abominations.

    Dès lors doit cesser le traitement somme toute douillet dont les prisonniers avaient bénéficié depuis leur arrivée aux États-Unis. Traduction immédiate de ce nouvel état d’esprit, les rations alimentaires quotidiennes sont amputées de manière drastique. D’un avis unanime, partagé par tous les détenus aussi bien des camps nazis que des camps antinazis, les derniers mois sont très durs. Car le départ approche. Les États-Unis n’ont aucune raison de garder sur leur sol des centaines de milliers de prisonniers. À la différence de leurs alliés européens, ils ne sont pas confrontés à un programme de reconstruction pour lequel ils pourraient être employés. Le transport de centaines de milliers d’hommes mobilisant une logistique lourde, l’opération prend plusieurs mois. Pour la majorité d’entre eux, le départ des États-Unis ne signifie pas le retour immédiat en Allemagne. Beaucoup rejoignent en France les centaines de milliers de prisonniers de guerre allemands occupés à la reconstruction du pays, mais aussi au déminage des anciennes zones de combat, un travail éminemment dangereux où plus de 2 500 d’entre eux laisseront la vie.



    _____________________

    Extrait de Les prisonniers nazis en Amérique, éditions Acropole (31 mai 2012)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Biloulou

avatar

Masculin Nombre de messages : 54566
Localisation : Jardins suspendus sur la Woluwe - Belgique
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Le Café Littéraire   2/6/2012, 17:12

Si c'est du Daniel Costelle, c'est du solide.

Écrivain et réalisateur de films pour la télévision, il a été chargé par Antenne2 , fin des années 80, si mes souvenirs sont bons, de réaliser un film sur les apparitions de Fatima en 1917, au Portugal.

Agnostique convaincu, il a néanmoins été fortement secoué par ce qu'il a vu et entendu, au point d'écrire un livre sur l'histoire de son tournage : "Fatima - un miracle et trois secrets" - Éditions François Bourin.

La 4e de couverture :

En 1917, à Fatima, la Vierge apparaît à trois petis bergers portugais. Depuis, des foules entières se pressent à longueur d'anné vers ce lieu saint. Pourtant, à l'époque, les six apparitions de la vierge avaient été pour les trois enfants une longue et pénible épreuve. On ne les prit au sérieux que lorsque le soleil se mit à "danser" devant une foule médusée.

Daniel Costelle, l'un des réalisateurs les plus connus de la télévision française - on lui doit notamment "Les Grandes Batailles", "L'Histoire de l'Aviation, "le Souffle de la Liberté" - nous raconte ici comment il a été amené à tourner un film sur Fatima et pourquoi il a voulu écrire la premières grande histoire de ces trois enfants et des trois fameux secrets laissés par la Vierge. Il nous dit aussi ses doutes et ses certitudes, en apportant à ce dossier extraordinaire - auquel le récent voyage du pape Jean-Paul II donne toute son actualité - un éclairage nouveau qui passionnera les croyants et les autres.

Homme de télévision, Daniel Costelle a écrit plueieurs ouvrages, dont dernièrement "Ma vie pleine de trous" en collaboration avec Alphonse Boudard.


+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Tiens, si Windows 7 accepte mon logiciel de reconnaissance de caractères, je vais vous transcrire le dernier chapitre qu'il appelle "Daniel", juste deux pages, où il nous livre son avis personnel.
Ne quittez pas. Laughing

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Café Littéraire   2/6/2012, 17:20

Pourquoi dit-on "ne quittez pas" lorsque nous sommes au téléphone ...
fr.answers.yahoo.com/question/index?qid... - ฝรั่งเศส - แคช - แปลหน้านี้
8 คำตอบ - 13 ธ.ค. 2009
คำตอบยอดฮิต: Pour que la personne qui est de l'autre côté ne croit pas qu'elle est soudain devenue sourde.
Revenir en haut Aller en bas
Biloulou

avatar

Masculin Nombre de messages : 54566
Localisation : Jardins suspendus sur la Woluwe - Belgique
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Le Café Littéraire   2/6/2012, 17:39

Donc, voici le dernier chapitre "Daniel" du bouquin susmentionné de Daniel Costelle, pages 234 à 236

Je ne crois pas qu'il y ait eu apparition dans le sens que je viens d'évoquer, à la manière d'une navette spatiale divine. Il n'y a jamais eu, j'imagine, de manifestation de ce genre, pas plus à Fatima qu'à Lourdes ou qu'au Mexique. Cela n'a probablement jamais existé. Nos petits bergers de Fatima ont-ils assisté à une descente du ciel de la Vierge? J'en doute. Ce qui leur est arrivé est, me semble-t-il, beaucoup plus étrange, plus profond et plus bouleversant. Ils ont tout simplement vu la Vierge.

Elle était , depuis le commencement des temps et je suis persuadé qu'elle y est encore, exactement à la même place, comme d'ailleurs un peu à côté ou dans l'autre endroit où ils l'ont vue au mois d'août 1917. Elle est partout. Elle est là près de moi quand j'écris ces lignes, elle sera près de vous qui les lirez, dans le métro, assise à vos côtés ou souriant à travers la glace malgré les graffitis et la monotonie des longues et sombres stations, elle est dans l'avion et dans votre maison, elle est dans les arbres et dans l'air, elle est l'arbre, elle est l'oiseau et le nuage et l'herbe et l'écureuil. Parce qu'elle est Dieu. Elle est une manifestation de Dieu.

Elle est la toute petite idée que nous pouvons nous faire de cette présence immense et indicible et complètement hors de portée de notre imagination la plus extravagante. Les musulmans ont été dotés d'une meilleure approche que la nôtre, plus abstraite, sans doute plus conforme à ce qui pourrait être une tentative de compréhension de l'incompréhensible. Eux peuvent voir un signe, une calligraphie superbe dont l'entrelacs infini déroute et trans-porte l'esprit vers l'infini. En d'autres temps et d'autres lieux, nos bergers auraient peut-être pu voir Zeus grondant sur son nuage ou un tigre magnifique ou un temple sublime dressant son architecture de lumière jusqu'au ciel.

Mais les trois enfants de Fatima ont vu la Sainte Vierge avec son beau sourire, comme celui de leur maman, dans son beau manteau brodé d'or, comme celui des statues qu'ils avaient vues dans leur église. Elle était près d'eux, mais pas trop, au-dessus d'un petit arbre, c'est la plus belle image mentale qu'ils étaient capables de comprendre, ces petits bergers qui voyaient quelque chose d'indéfinissable et d'inimaginable que nous avons baptisé Dieu ou le Très-Haut ou Yahvé ou Allah ou le Grand Manitou ou l'Esprit de la Montagne.

Tout le problème est de voir. Voilà la clé de ce récit, la clé de tout le message de Fatima. Je suis conscient de la prétention qui est la mienne en voulant la donner, cette clé, et j'attends les accusations de sacrilège ou d'iconoclastie. Mais je suis sûr que tout le problème est là. Que Dieu est partout et tout près, que nous sommes opaques, enfermés à double tour dans notre voyage, les por¬tes sont cadenassées et les fenêtres obstruées, et seuls quelques êtres tellement simples, tellement disponibles, tellement gentils et ouverts, arrivent, grâce à cette foi absolue, élémentaire, qui les submerge en permanence, à voir.

Ils passent tout doucement de l'autre côté du miroir, ils entrent comme dans une eau cristalline et pure en relation naturelle avec le surnaturel. Le vent souffle où il veut, et même les ébats enfantins des petits adeptes de saint François n'offrent pas une garantie de succès. On ne se décrète pas simple en esprit. Qu'on fasse ce qu'on peut, c'est de toute manière le bon chemin; mais les élus le sont d'une manière étrange et, comment dire, personnelle. C'est d'eux-mêmes que cela vient, et c'est tout le mystère de nos rapports avec le divin, tout le mystère de cette organisation énigmatique qui relie l'homme à Dieu.

Comment s'y prendre? Comment rejoindre cette toute petite cohorte d'êtres qui du Tibet au milieu du désert ou sous les branches des oliviers du Portugal sont quelques instants passés de l'autre côté? Je ne sais pas. La seule chose que je puisse faire, c'est répéter ce qu'a dit la petite Jacinta avant de mourir : « Si les hommes savaient ce qu'est l'éternité, ils feraient l'impossible pour changer de vie. »

("Fatima : un miracle et trois secrets" - Daniel Costelle, éditions François Bourin)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charly

avatar

Masculin Nombre de messages : 23608
Localisation : belgique
Date d'inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Le Café Littéraire   8/6/2012, 21:52



en telechargement>>>depositfiles.com nfp5vzwk3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
OmbreBlanche

avatar

Masculin Nombre de messages : 11154
Age : 43
Localisation : Nord Franche-Comté (25)
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: Re: Le Café Littéraire   9/6/2012, 10:17

> J'aime bien Guillaume Musso.

Certains aigris diront que ce n'est pas de la "haute" littérature, je les emmerde.
pirat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ump25.probb.fr/forum.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Café Littéraire   9/6/2012, 10:30

OmbreBlanche a écrit:
[b]> J'aime bien Guillaume Musso.

Mais tu en as parfaitement le droit !
Cela dit, je crains bien d'etre dans le camp de ceux que tu emmerdes ++ Very Happy



Mab
Revenir en haut Aller en bas
OmbreBlanche

avatar

Masculin Nombre de messages : 11154
Age : 43
Localisation : Nord Franche-Comté (25)
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: Re: Le Café Littéraire   9/6/2012, 18:19

Mara-des-bois a écrit:

Cela dit, je crains bien d'etre dans le camp de ceux que tu emmerdes ++ Very Happy

> Je ne demande rien d'autre à un écrivain que de me raconter une histoire, pas de me prendre la tête avec des théories psycho-sociologiques à la con.

Oui, j'aime bien Musso. J'aime aussi Bernard Werber, Maxime Chattam ou Harlan Coben. Et d'autres du même acabit.

Moi, les écrivains exhibitionnistes qui se dévoilent et racontent leur vie pendant 300 pages, ça me fait chier ! Smile

Voilà pourquoi j'adore les romans policiers, d'espionnage, les thrillers et la science-fiction. Un livre, pour me plaire, il doit m'emmener loin, me faire rêver. Quand je lis, je dois pouvoir m'évader par l'esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ump25.probb.fr/forum.htm
Zed

avatar

Masculin Nombre de messages : 16907
Age : 52
Localisation : Longueuil, Québec, Canada, Amérique du nord, planète Terre, du système solaire Galarneau de la voie lactée
Date d'inscription : 13/11/2008

MessageSujet: Re: Le Café Littéraire   9/6/2012, 18:31

OmbreBlanche a écrit:
Mara-des-bois a écrit:

Cela dit, je crains bien d'etre dans le camp de ceux que tu emmerdes ++ Very Happy

> Je ne demande rien d'autre à un écrivain que de me raconter une histoire, pas de me prendre la tête avec des théories psycho-sociologiques à la con.

Oui, j'aime bien Musso. J'aime aussi Bernard Werber, Maxime Chattam ou Harlan Coben. Et d'autres du même acabit.

Moi, les écrivains exhibitionnistes qui se dévoilent et racontent leur vie pendant 300 pages, ça me fait chier ! Smile

Voilà pourquoi j'adore les romans policiers, d'espionnage, les thrillers et la science-fiction. Un livre, pour me plaire, il doit m'emmener loin, me faire rêver. Quand je lis, je dois pouvoir m'évader par l'esprit.


Je te recommande fortement Ayla l'enfant de la terre, le premier (car il y en a d'autre)

C'est un véritable magnifique clin d'oeil a l'humanité et sa provenance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EddieCochran

avatar

Masculin Nombre de messages : 12705
Age : 57
Localisation : Countat da Nissa
Date d'inscription : 03/11/2008

MessageSujet: Re: Le Café Littéraire   9/6/2012, 22:31

87 -

Mara-des-bois a écrit:
OmbreBlanche a écrit:
[b]> J'aime bien Guillaume Musso.

Mais tu en as parfaitement le droit !
Cela dit, je crains bien d'etre dans le camp de ceux que tu emmerdes ++ Very Happy



Mab

Hasard, c'est tombé ce soir dans une de mes b.a.l.es avant que je ne me connecte
sur LP. Signe du C.iel quand on s'en prend à un Nissart ?



(Quand le scandale aura éclaté, je mettrai sous le clapet magique)

_________________
Rockabilly Yours.
EddieCochran.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Café Littéraire   10/6/2012, 09:17

Eddie a écrit:
Hasard, c'est tombé ce soir dans une de mes b.a.l.es avant que je ne me connecte
sur LP. Signe du C.iel quand on s'en prend à un Nissart ?


Celui ci, vous pourriez l'extrader sans grande perte si vous ne vous basiez que sur la qualité litteraire.
Mais peut etre est il sympa ? Et peut etre en plus paie-t-il ses impots en France ?

Enfin, ne me dites pas que vous n'avez pas produit autre chose que Musso en matiere de, heu... genie litteraire ? Embarassed

Et maintenant, la fessée (vous n'imaginiez pas que j'allais laisser passer les putes et les salopes aussi facilement ?) :

Que se passe-t-il quand un homme ouvre sa braguette?
- Son cerveau montre le bout de son nez...



Anonyme
Revenir en haut Aller en bas
Charly

avatar

Masculin Nombre de messages : 23608
Localisation : belgique
Date d'inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Le Café Littéraire   10/6/2012, 10:39

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Café Littéraire   10/6/2012, 11:09

Mara-des-bois a écrit:

Que se passe-t-il quand un homme ouvre sa braguette?
- Son cerveau montre le bout de son nez...

les femmes aiment bien les hommes qui ont un cerveau.
Revenir en haut Aller en bas
Biloulou

avatar

Masculin Nombre de messages : 54566
Localisation : Jardins suspendus sur la Woluwe - Belgique
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Le Café Littéraire   10/6/2012, 11:18

Anonyme a écrit:
Que se passe-t-il quand un homme ouvre sa braguette?
- Son cerveau montre le bout de son nez...
Anonyme
C'est trivial à en pleurer.
Melle Anonyme, voudriez-vous me passer votre mouchoir ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EddieCochran

avatar

Masculin Nombre de messages : 12705
Age : 57
Localisation : Countat da Nissa
Date d'inscription : 03/11/2008

MessageSujet: Re: Le Café Littéraire   10/6/2012, 15:07

92 -

Mara-des-bois en plein déballage a écrit:


Que se passe-t-il quand un homme ouvre sa braguette?
- Son cerveau montre le bout de son nez...

Anonyme

Alors ça, si ça devait m'en toucher l'une, ne ferait pas bouger l'autre !

_________________
Rockabilly Yours.
EddieCochran.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zed

avatar

Masculin Nombre de messages : 16907
Age : 52
Localisation : Longueuil, Québec, Canada, Amérique du nord, planète Terre, du système solaire Galarneau de la voie lactée
Date d'inscription : 13/11/2008

MessageSujet: Re: Le Café Littéraire   10/6/2012, 15:12

Donc les Français (selon Mab) ont le gland en forme de nez (c'est pour mieux te sentir, disait le loup)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Café Littéraire   14/8/2012, 20:09

Petite bibliotheque d'été sans pretention :

"L'arbre aux haricots", de Barbara Kingsolver.
Ne vous fiez pas au nom de l'auteur, à faire avorter une couvée de singes en plein vol, le livre vaut le detour. J'ai renoncé à une apres midi de plage pour le finir, c'est dire... Bourré de bonnes intentions, à l'evidence ecrit par une dame anti-conso-j'aime-ma-planete-plus-que-mes-voisins-sauf-s'ils-sont plus-pauvres-que-moi; le ton mais pas tout à fait la saveur des "Beignets de tomates vertes" de la mère Flagg (alors là, j'ai a-do-ré)... Et ce n'est pas mal du tout.
Le pire des comportements humains y est abordé sans complaisance mais sans voyeurisme. Un bébé indien martyrisée, fourguée dans la voiture d'une looseuse, sur le parking d'un bar pourrave au fin fond des Etats Unis et l'aventure commence.
La suite, "Les cochons au paradis" n'est en revanche pas terrible...

"Le mystere du lac", de Robert McCammon
Et allez, encore dans l'Americain !
Quand c'est bon, pourquoi se priver... Les auteurs français portés aux nues par les ventes ont trois mots de vocabulaire ou sont chiants à mourir, je ne boude donc pas mon plaisir.
Cory est un gamin d'Alabama qui raconte son été 64 au bord des eaux qui charrient du cadavre menotté au volant d'une voiture, du crocodile animé des plus mauvaises intentions, du vaudou censé le contenir. Dans mon tiercé de tete de juillet.

"Brooklyn Follies" de Paul Auster
Le meilleur livre du mois d'aout (et nous arrivons au 15, peu de chances d'etre depassé vu ce qui se profile).
Nat est un sexagenaire desabusé en froid polaire avec sa fille et son ex-femme, qui n'a aucune illusion sur le retour de son cancer et decide finir sa vie à Brooklyn.
Oui, je sais, Brooklyn est legerement aux Etats Unis... Peut etre suis-je une monomaniaque qui s'ignore. J'assume.
Or donc, j'ecrivais -avant que vos allusions ironiques ne me coupent- que, Brooklyn.
Et puis un neveu brillant et raté, une petite fille rescapée d'une secte, une grande folle dingue de bouquins et une Jeune Mere Sublime.
A lire absolument.


Mab
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Café Littéraire   14/8/2012, 20:14

Mara-des-bois a écrit:
Les auteurs français portés aux nues par les ventes ont trois mots de vocabulaire ou sont chiants à mourir...

Je ne saurais dire pour les auteurs français de l'heure mais je sais cependant que nombre de traducteurs français sont à applaudir pour la qualité de leur part de l'oeuvre originale qu'ils nous livrent!
Revenir en haut Aller en bas
Ungern

avatar

Masculin Nombre de messages : 17713
Date d'inscription : 18/05/2009

MessageSujet: Nouvelles littéraires    4/9/2012, 18:20

Citation :
> Mardi 4 septembre 2012 à 18:27 Guysens

Les pamphlets antisémites de l'écrivain Céline vont être réédités au Québec

Selon l'Express, les éditions québécoise Huit vont publier prochainement les pamphlets antisémites de Louis-Ferdinand Céline, qui n'avaient fait l'objet d'aucune réédition depuis la fin de la Seconde guerre mondiale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hadrianwall.site.voila.fr
Ungern

avatar

Masculin Nombre de messages : 17713
Date d'inscription : 18/05/2009

MessageSujet: Re: Le Café Littéraire   5/9/2012, 19:24

Citation :
Tyler Hamilton détaille le système de dopage Armstrong dans un livre
internet@lesoir.be (Avec les rédactions du Soir en ligne, du Soir, d’AFP, d’AP et de Belga)

Publié le Mercredi 5 Septembre 2012 à 15h38

L’ancien coureur cycliste américain Tyler Hamilton, coéquipier de Lance Armstrong, détaille le système de dopage au sein de leur formation, notamment la manière dont ils s’approvisionnaient en EPO lors du Tour de France, dans un livre dont le Times a publié des extraits mercredi. Hamilton et Armstrong avaient « deux ans d’avance sur ce que les autres faisaient en termes de dopage », affirme ainsi l’ancien coureur de l’US Postal, dans un ouvrage à paraître intitulé « In The Secret Race : Inside the Hidden World of the Tour de France : Doping, Cover-ups and Winning at All Costs » (Dans les coulisses de la course : au sein du monde caché du Tour de France : dopage, dissimulations et gagner à tout prix).
Agé de 41 ans, Hamilton a épaulé Lance Armstrong lors des Tours de France 1999, 2000 et 2001, les trois premiers des sept que le Texan a remportés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hadrianwall.site.voila.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Café Littéraire   15/9/2012, 18:09


L’arche de Socrate
Petit bestiaire philosophique
Normand Baillargeon
Aden
Bruxelles, 2012, 256 pages



La réputation de pédagogue de Normand Baillargeon n’est plus à faire. Maître de la vulgarisation philosophique, l’auteur du Petit cours d’autodéfense intellectuelle (Lux, 2005) a brillamment contribué, depuis une dizaine d’années, à rendre la philosophie populaire au Québec.

Dans L’arche de Socrate. Petit bestiaire philosophique, publié aux éditions belges Aden (négligentes quant aux coquilles), Baillargeon poursuit son entreprise de façon très originale. Il s’agit, cette fois, de présenter de grands problèmes philosophiques en réunissant « quelques-uns parmi les plus notables des animaux qui peuplent la pensée et l’imagination des philosophes ». La méthode est simple, efficace et amusante. Chaque chapitre s’ouvre sur une courte histoire, enchaîne avec la présentation du problème soulevé et de l’animal qui l’illustre et se conclut sur une brève discussion, le tout accompagné d’une courte biographie du penseur concerné.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Café Littéraire   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Café Littéraire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Libres Propos :: GÉNÉRAL-
Sauter vers: